•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet ZIBI devra refléter la richesse historique de l'ancien site de Domtar

Une maquette du projet Zibi à Ottawa et à Gatineau.
Une maquette du projet Zibi à Ottawa et à Gatineau. Photo: Courtoisie
Radio-Canada

La riche histoire industrielle et économique de la région devra être reflétée dans les nouvelles constructions du projet Zibi à Ottawa. La traite des fourrures des voyageurs canadiens-français, le développement de l'industrie forestière et l'industrie des pâtes et papiers seraient notamment évoqués, selon le Plan d'interprétation du patrimoine présenté par le promoteur vendredi.

Le protocole d’entente entre la Ville d’Ottawa et Groupe Développements Windmill, déterminé en 2014, demande à l'entreprise d’élaborer un Plan d’interprétation du patrimoine, qui établit des lignes directrices pour la construction d’édifices sur les anciens terrains de la compagnie Domtar. Le sous-comité du patrimoine bâti de la Ville d’Ottawa a étudié ce Plan vendredi.

Selon le document présenté, les espaces publics devront illustrer les grandes phases historiques, que ce soit dans les parcs, sur les rues, sur les escaliers ou sur les bâtiments eux-mêmes.

Le promoteur montre des images qui évoquent des canots à moitié hors de l’eau, comme une pointe de canot qui perce le ciment d’une place publique.

Croquis qui évoque une pointe de canot qui sort de l'eau faite en ciment sur une place publiqueL'esquisse d'une pointe de canot faite en ciment sur une place publique qui pourrait voir le jour sur le site Zibi. Photo : Windmill Dream Fotenn

Sur d’autres représentations, on peut voir des visages autochtones gravés dans les façades des maisons, des plumes peintes sur des escaliers, des animaux significatifs pour la communauté autochtone sculptés dans les trottoirs et des aménagements de fontaines d’eau. On montre également de grands bancs en forme de larges feuilles de papier.

Un carrefour économique historique

Le patrimoine culturel des îles de la Chaudière et Albert, du côté québécois, devront également être inclus dans ce projet de réaménagement urbain, sur une superficie de 13 hectares. Ces îles sont un carrefour économique depuis plusieurs milliers d'années entre les communautés autochtones, principalement algonquines.

Le Plan veut aussi souligner le grand incendie de la Fabrique d'allumettes en 1900, qui a ravagé une immense zone allant de Hull jusqu'aux plaines LeBreton, en passant par les îles.

Une plume dessinée dans un escalier.Des plumes pourraient être dessinées dans les escaliers sur le site Zibi, rappelant la présence autochtone dans sur les îles de la Chaudière et Albert. Photo : Courtoisie / Windmill Dream Fotenn

Rappelons que le site a été abandonné par la compagnie Domtar en 2007. C’est en 2013 que Groupe Développements Windmill achète les terrains abandonnés par Domtar des deux côtés de la rivière des Outaouais.

Le promoteur compte construire et aménager des logements, des commerces, des bureaux et des parcs. Les deux tiers du réaménagement urbain auront lieu en territoire québécois, à Gatineau, tandis que l’autre tiers aura lieu en terres ontariennes à Ottawa. La valeur totale du projet immobilier est estimée à 1,2 milliard de dollars.

Le conseil municipal ottavien doit maintenant approuver le Plan d'interprétation du patrimoine déposé par le promoteur. Aucune date n'a encore été choisie.

Avec les informations de Stéphane Leclerc

Ottawa-Gatineau

Politique municipale