•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des surdoses en C.-B. : ouverture d'un centre d'intervention d'urgence

Seringue jetée par terre.

La crise des surdoses a fait 1100 victimes en Colombie-Britannique dans les neuf premiers mois de 2017.

Photo : Stacey Janzer/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Colombie-Britannique se dote d'un nouveau centre d'intervention d'urgence en réponse à la crise des surdoses au fentanyl dans la province, qui a décrété l'état d'urgence en santé publique il y a plus d'un an et demi.

« Les surdoses continuent de décimer des familles et des communautés chaque jour », a déclaré la ministre de la Santé mentale et des Dépendances Judy Darcy, à Vancouver. « On doit intensifier notre intervention pour atteindre le coeur de la crise. »

Le gouvernement provincial a désigné la médecin en chef de la régie Coastal Health, Patricia Daly, comme responsable du nouveau centre d'intervention. Celui-ci sera établi à l'Hôpital général de Vancouver.

« On continue d'être témoin des morts quotidiennes par surdose partout dans la province, on doit augmenter la cadence d'aide à tous les niveaux pour renverser cette tendance. »

— Une citation de  Patricia Daly, médecin en chef, régie Coastal Health

Un groupe d'experts et d'employés à temps plein rallieront des ressources de la province, des municipalités, des autorités de la santé, des Premières Nations et des policiers pour s'attaquer à la crise directement dans les communautés.

Le quartier général d'intervention travaillera de près avec cinq équipes régionales.

Cibles du programme d'intervention :

  • identifier de façon active les personnes à risque
  • mieux contrôler la circulation de drogues non sécuritaires;
  • augmenter l'accès aux centres d'injection supervisée et aux programmes d'aide mobiles;
  • accroître l'accessibilité à la naloxone dans les communautés et offrir la formation nécessaire à son utilisation.

L'équipe d'intervention va permettre d'établir les tendances et les principaux facteurs de risque qui animent cette crise et de dépêcher des équipes de prévention et d'aide dans les secteurs névralgiques.

« Les initiatives de la province au cours des 18 derniers mois ont permis de sauver des vies, mais le nombre de morts continue d'atteindre des records », a rappelé Perry Kendall, médecin en chef de la Colombie-Britannique et celui qui a décrété l'état d'urgence en 2016. « Nous devons donc faire plus. »

« Les Premières Nations sont à risque de manière disproportionnelle. Donc, nos actions doivent être dirigées, en partie, vers elles », a souligné Evan Adams, médecin en chef des autorités de la santé autochtone de la Colombie-Britannique.

Les équipes régionales seront en place en janvier 2018.

Financement annoncé en septembre

Le gouvernement provincial avait annoncé un investissement de 322 millions de dollars en septembre 2017 pour financer une multitude d'initiatives, dont la création de ce centre d'intervention.

Selon le coroner de la Colombie-Britannique, il y a eu 1100 morts par surdose dans les neuf premiers mois de l'année 2017, dont la plupart sont survenues apres la distribution des chèques d'aide sociale.

Le nombre de victimes a déjà dépassé celui de toute l'année 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !