•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Construction du REM : la Caisse de dépôt prolonge son appel d'offres

Maquette de la station Panama du Réseau électrique métropolitain
Maquette de la station Panama du Réseau électrique métropolitain Photo: Caisse de dépôt et placement du Québec
Radio-Canada

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ne dévoilera pas avant la mi-février le nom de la firme retenue pour construire le Réseau électrique métropolitain (REM).

Un texte de Jérôme Labbé et Pascal Robidas

Cette annonce devait avoir lieu en novembre, mais CDPQ Infra, sa filiale responsable du développement et de l'exploitation des projets d'infrastructures, avait expliqué il y a trois semaines avoir reçu des offres « complexes » nécessitant une analyse en profondeur.

Elle soutient maintenant avoir besoin de plus de temps pour discuter avec les deux consortiums qui se sont qualifiés pour le volet ingénierie et construction, l'an dernier. Dans une « mise à jour » transmise aux médias vendredi, la Caisse annonce sa décision de « lancer une période de discussions soutenues » avec ces consortiums.

Joint par Radio-Canada, le porte-parole principal de la Caisse, Maxime Chagnon, n'a pas voulu dire si les soumissions reçues étaient plus chères que prévu.

« C'est toujours une question d'équilibre, donc de rapport qualité-prix », a-t-il rappelé. « Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment [...] On se donne une période de quelques semaines. Vous comprendrez que pour un projet de cette ampleur-là, prendre quelques semaines de plus pour obtenir un meilleur rapport qualité-prix, c'est quelque chose qui est tout à fait normal. »

Et si ces discussions n'aboutissaient pas, l'appel d'offres pourrait-il être annulé, tout simplement? « On n'est pas dans ce scénario-là », objecte Maxime Chagnon.

Maxime Chagnon, Caisse de dépôt et placement du QuébecMaxime Chagnon, directeur principal des relations médias à la Caisse de dépôt et placement du Québec Photo : Radio-Canada

La Caisse soutient par ailleurs que les offres transmises par les trois consortiums qualifiés pour construire le matériel roulant du futur REM correspondent à ses attentes. « Des discussions supplémentaires ne sont donc pas prévues actuellement. »

Le processus d'appel d'offres n'en restera pas moins ouvert jusqu'à la fin janvier 2018 et « les consortiums privilégiés seront sélectionnés d'ici la mi-février 2018 », promet la Caisse.

Entre-temps, aucun autre consortium que ceux qui se sont qualifiés l'an dernier ne pourra soumissionner.

En tout, cinq consortiums se sont qualifiés pour le projet de REM.

Le consortium formé de SNC-Lavalin, Pomerleau, Dragados Canada, Aecon et EBC, dispute le contrat d’ingénierie et de construction du projet à celui formé de WSP Global, Construction Kiewit, Parsons et Eurovia Québec Grands Projets.

En ce qui a trait au matériel roulant, les trois consortiums suivants sont sur les rangs pour obtenir le contrat :

  • Parson, Hundai Rotem et Thales Canada
  • Bombardier Transport
  • Alstom Transport Canada et SNC-Lavalin

La mise en service du futur réseau de 67 kilomètres de rails doit permettre de relier à la fois le centre-ville de Montréal, la Rive-Sud, l'Ouest-de-l'Île, la Rive-Nord et l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau par la mise en service d'un système de métro léger entièrement automatisé et électrique.

Il s'agit du projet de transport collectif le plus important à l'heure actuelle dans la région métropolitaine de Montréal. Il est estimé à environ six milliards de dollars.

La CDPQ prévoit d'injecter trois milliards de dollars. L'autre moitié doit être comblée à parts égales par Québec et Ottawa.

Une carte du REMLe REM compte 67 km de voies doubles et 27 stations. Photo : Radio-Canada / CDPQ Infra

Le début des travaux est prévu pour le printemps 2018, selon la dernière « mise à jour » de CDPQ Infra. Pour l'heure, la Caisse garde le cap sur une mise en service en 2020, mais La Presse écrivait en juin dernier que cet échéancier était aussi compromis.

Infrastructures

Économie