•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple partage votre visage avec des concepteurs

Une photo d'un présentateur sur la scène du Steve Jobs Theater, avec un détail des capteurs du nouvel iPhone X sur un écran géant derrière lui.

La face avant du téléphone intègre de nombreux capteurs miniatures.

Photo : La Presse canadienne / Marcio Jose Sanchez

Radio-Canada

Des données récoltées par le système de reconnaissance faciale de l'iPhone X sont depuis peu à la portée de n'importe quel concepteur d'application, rapporte le chroniqueur Geoffrey A. Fowler (Nouvelle fenêtre), du Washington Post.

Selon cet expert, Apple avait jusqu’ici fait un bon travail pour rassurer ses clients quant aux risques pour leur vie privée que présentent leurs capteurs. L’entreprise a notamment fait en sorte que les données colligées par le système Face ID soient stockées uniquement sur le téléphone de l’utilisateur, et jamais sur ses serveurs, où des pirates pourraient tenter de s’en emparer.

Les critiques risquent toutefois de revenir à la charge, maintenant que les concepteurs d’applications peuvent accéder à la représentation 3D du visage des utilisateurs d’iPhone X et à la mesure de 52 mouvements minimes de leur visage.

M. Fowler craint que des spécialistes s’en servent pour déceler les émotions, le sexe, la race ou les préférences sexuelles des utilisateurs de leurs applications, toutes des informations que certains pourraient vouloir garder confidentielles.

Dans une déclaration envoyée à M. Fowler, un porte-parole d’Apple a indiqué que l’entreprise prenait ses responsabilités en matière de vie privée et de sécurité très au sérieux. « Cet engagement se reflète dans les fortes protections que nous avons construites autour des données de Face ID, en plus des nombreuses précautions incluses avec iOS », a-t-il expliqué.

Mais Jay Stanley, analyste principal des politiques de l’American Civil Liberties Union, exprime beaucoup de réserves quant à cette technologie. « Je pense qu’on devrait être plutôt inquiets, a-t-il affirmé à Geoffrey A. Fowler. Nos chances d’assister à des bêtises avec des données faciales sont assez élevées. Si ça n’arrive pas aujourd’hui, ça arrivera bientôt, et si ce n’est pas sur [iOS], ce sera sur Android. »

Avec les informations de The Washington Post

Prévention et sécurité

Techno