•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 10 ans : Régis Labeaume, candidat à la mairie de Québec

    Régis Labeame, sur un terrain vague près d'un lac, dans la région de Schefferville
    Régis Labeaume, président de Mazarin, en entrevue dans un reportage au Téléjournal du 17 août 1986 Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Le 2 décembre 2007, Régis Labeaume devient maire de la ville de Québec. Une victoire surprenante pour cet homme d'affaires qui était très peu connu des citoyens en début de campagne. Portrait en archives du candidat à la veille de son élection.

    Sociologue de formation, Régis Labeaume a fait sa carrière dans le milieu des affaires. Il connaît le succès financier à la présidence de la société minière Mazarin.

    Sa première apparition dans nos archives date d’ailleurs de 1986, alors qu’il vient de fonder cette compagnie de développement minier. Dans ce reportage de la journaliste Monique Durand du 17 août 1986, il est question d’un potentiel gisement d’or dans la région de Schefferville. Mazarin se fera aussi connaître pour le rachat de la Société nationale de l’amiante (SNA).

    Lorsqu’il se présente à la mairie de Québec en 2007, Régis Labeaume n’en est pas à sa première tentative d’entrée en politique. Il a connu deux rebuffades auparavant. D’abord en 1998, comme aspirant candidat pour le Parti Québécois dans la circonscription de Montmorency. Puis en 2005, comme candidat à la chefferie du parti Renouveau municipal de Québec (RMQ). Entre-temps, il a œuvré pour des organismes financiers de Québec, dont la Fondation de l’entrepreneurship. Il en assure d’ailleurs la direction jusqu’à son élection comme maire.

    Une campagne bien particulière

    En 2007, la campagne électorale de Québec se déroule dans un contexte singulier. Deux mois plus tôt, la mairesse Andrée Boucher est décédée d’un malaise cardiaque. On cherche donc un successeur pour terminer les deux années de son mandat, et ce à quelques mois à peine du lancement des célébrations du 400e anniversaire de Québec.

    Ce sont quinze candidats qui se présentent pour la mairie de Québec dans cette campagne électorale. L’indépendant Régis Labeaume fait partie du lot. Au Téléjournal du 9 novembre 2007, le journaliste Philippe Leblanc dresse le portrait de cette situation inusitée. Il s’entretient avec Régis Labeaume, candidat parmi tant d’autres, qui peine à tirer son épingle du jeu.

    En fin de la campagne électorale, les sondages lui donnent pourtant la victoire. Au Téléjournal du 1er décembre 2007, la présentatrice Caroline Gaudreault parle d’une lutte qui se dessine entre deux candidats : Ann Bourget et Régis Labeaume. La première est la candidate du RMQ, partie grande favorite. Régis Labeaume a pour sa part gagné énormément de terrain durant la campagne. « Parti très bas dans les sondages, il a connu une ascension constante », relate la journaliste Louise Boisvert. Elle doute pourtant de ses chances de l’emporter. Sa plus proche rivale, Ann Bourget, peut compter sur l’importante machine électorale du RMQ pour faire sortir le vote.

    Le 2 décembre 2007, le candidat indépendant Régis Labeaume obtient 59 % des voix, l’emportant largement sur Ann Bourget du RMQ qui obtient 32,7 % des voix.

    Il a depuis été réélu à trois reprises d’affilée, en 2009, en 2013 puis, plus récemment, en novembre dernier.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Québec