•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Gabrielle Roy se confie à Judith Jasmin dans une rare entrevue

    Gabrielle Roy est assiste dans son salon, sérieuse.

    Gabrielle Roy, en 1961

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 1er décembre 1947, la romancière Gabrielle Roy remporte le prestigieux prix Femina pour son livre Bonheur d'occasion publié deux ans plus tôt. L'œuvre décrit la vie des habitants du quartier Saint-Henri, à Montréal, durant la Seconde Guerre mondiale. Retrouvez l'auteure dans une grande entrevue accordée à la journaliste Judith Jasmin, en 1961.

    Ayant besoin de silence, Gabrielle Roy s’isole pour écrire. Malgré son succès, elle fuit les mondanités et mène une existence entièrement vouée à la création littéraire. Seuls des amis, comme Judith Jasmin, ont eu le privilège d’obtenir d’elle une entrevue. En 1961, la journaliste rencontre Gabrielle Roy à son appartement de la Grande Allée, à Québec.

    Premier Plan, 30 janvier 1961

    Au cours de l’entrevue diffusée à l’émission Premier Plan du 30 janvier 1961, Gabrielle Roy évoque son enfance au Manitoba. Elle rend hommage à ses parents, issus de milieux modestes. Elle leur est reconnaissante de lui avoir légué une ouverture d’esprit et le goût du rêve.

    Le Saint-Henri de Bonheur d’occasion

    Après des études en Europe, Gabrielle Roy doit revenir au Canada à l’aube de la Guerre, en 1939. Elle s’installe à Montréal où elle découvre le quartier ouvrier de Saint-Henri en parcourant la ville pour chasser l’ennui.

    Je fus aussitôt fascinée par les odeurs, la vitalité […] les gens du peuple se livrent beaucoup plus.

    Gabrielle Roy, en 1961

    À Saint-Henri, elle constate les ravages du chômage et la misère du peuple. Une misère qui avait « détruit la fibre de fierté humaine ».

    Face à cette situation, son indignation lui sert de moteur de création. À la fin de la Guerre, elle publie son premier roman Bonheur d’occasion, avec lequel elle remporte de nombreux prix. L’écrivaine y dépeint les difficultés de la vie urbaine pour des gens issus du prolétariat. Ses personnages voient la guerre comme une forme de salut, car elle apporte du travail aux jeunes. Elle est pour eux synonyme de relance économique.

    En obtenant le Femina, Gabrielle Roy devient la première Canadienne à remporter un prix littéraire français. Native de Saint-Boniface, au Manitoba, elle est l’une des écrivaines francophones les plus connues au pays. Elle exprime dans ses livres l’intimité des êtres, leurs souffrances, mais aussi l’amour et l’espoir. En parlant du couple et de son mariage, elle se montre sereine.

    Le mariage est encore une des relations humaines les plus valables […] c’est encore la plus riche expérience humaine, je crois.

    Gabrielle Roy, en 1961
    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts