•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Viamonde envisage toujours d'ouvrir une école secondaire dans l'ancienne école Greenwood

Des représentants du Conseil scolaire Viamonde en conférence de presse.

Le Conseil scolaire Viamonde dit envisager l'ouverture d'une école secondaire dans l'école Greenwood.

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Radio-Canada

Malgré l'opposition de centaines de parents au projet, le Conseil scolaire Viamonde dit vouloir rénover l'ancienne école secondaire Greenwood du réseau public anglais pour y créer une école secondaire de langue française dans l'est de Toronto.

Le Conseil scolaire Viamonde aurait toutefois besoin de 14 à 16 millions de dollars de la part du gouvernement provincial pour pouvoir effectuer les rénovations nécessaires. Des pourparlers en ce sens sont en cours.

Des centaines de parents ont envoyé des lettres au ministère de l'Éducation, aux conseils scolaires Viamonde et MonAvenir cette semaine pour s'opposer au projet, estimant que le bâtiment n'est pas adapté.

Viamonde assure qu'après les rénovations, l’école située sur un terrain d'une superficie de 0,9 acre serait très différente de ce qu’elle est maintenant.

Elle aurait une cour sur le toit, le gymnase serait agrandi et une scène serait construite.

Un dessin montrant une cour d'école sur un toit.

La cour serait aménagée sur le toit de l'école.

Photo : Radio-Canada / Natasha MacDondald-Dupuis

Viamonde veut aussi que l'école puisse accueillir au moins 100 élèves de plus que l'ancienne école, soit 512 élèves de la 7e à la 12e année.

Son objectif serait de l'ouvrir dans trois ans.

Des parents insatisfaits

Lianne Doucet de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier note les efforts réalisés par Viamonde, mais croit que le Conseil scolaire est encore loin de proposer une véritable équivalence aux écoles de langue anglaise.

« Encore une fois, on se fait donner une école, oui rénovée et belle, mais une école sur moins d'un acre quand les écoles anglophones du quartier ont des trois, des quatre, des six acres. Alors pour nous, ce n'est pas encore à ce point-ci l'équivalence », explique-t-elle.

Selon elle, ce manque d'espace extérieur rendra l'école francophone moins attrayante que les écoles anglophones du quartier, qui proposent des cours arborées et des espaces verts.

Et franchement, comme francophones, on est un peu tannés d'avoir les restants du TDSB .

Lianne Doucet, Coalition de parents pour une école secondaire de quartier

Une autre membre de la Coalition, Heidi Pospisil, ajoute que contrairement à ce que Viamonde avance, d'autres options seraient envisageables dans le quartier.

« Je pense que presque 3000 places demeurent vides dans les écoles anglophones de notre quartier. Donc, je demanderais à la ministre de l'Éducation de revoir l'aménagement des places scolaires dans les écoles du TDSB pour nous trouver une école vraiment équivalente, parce que ça existe », affirme-t-elle.

MonAvenir intéressé aussi

Dans un communiqué le Conseil scolaire MonAvenir accuse réception de plus de 400 pétitions de parents.

Il ajoute avoir lui aussi exprimé son intérêt pour l'ancienne école Greenwood afin d'y créer une école secondaire francophone dans l'est de Toronto.

Il compterait en revanche acquérir le bâtiment, pour le détruire et en construire un nouveau.

Toronto

Éducation