•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau chef intérimaire pour Démocratie Québec

Mbaï-Hadji Mbaïrewaye en compagnie de Jean Rousseau
Mbaï-Hadji Mbaïrewaye est nommé chef intérimaire de Démocratie Québec. Photo: Radio-Canada / Louise Boisvert
Radio-Canada

Mbaï-Hadji Mbaïrewaye, qui était candidat pour Démocratie Québec dans le district Saint-Roch-Saint-Sauveur lors des dernières élections municipales, est nommé chef intérimaire du parti. Il prend la place d'Anne Guérette qui a quitté le parti après les résultats décevants du 5 novembre.

Un texte de Louise Boisvert

« Vous pouvez m'appeler Mbaï » précise le nouveau venu qui reconnaît sans détour que son nom peut poser problème. La prononciation reste difficile à décrire, mais celui qui est arrivé à Québec il y a 10 ans explique qu'il faut à peine entendre le son de la lettre « M ».

Ce sont les études qui l'ont conduit de son Tchad natal à l'Université Laval. Grâce à des bourses offertes par des communautés religieuses, il a d'abord étudié au Cameroun, puis en Belgique et en France avant de traverser l'Atlantique.

« Mon père tenait beaucoup aux études », ajoute-t-il.

M. Mbaïrewaye a étudié les sciences sociales, juridiques et politiques avant de commencer un doctorat à Québec sur l'évolution des politiques publiques, diplôme qu'il n'a pas terminé.

Les valeurs du parti le rejoignent

Mbaï-Hadji Mbaïrewaye était candidat pour Démocratie Québec lors de la dernière élection municipale. Employé du Secrétariat du Conseil du Trésor, il a d'abord milité au sein du défunt parti Québec Autrement. Il s'est retiré après 2013 avant de rentrer au bercail et joindre l'équipe d'Anne Guérette.

« Ce sont les valeurs du parti qui m'ont attiré », dit-il tout en reconnaissant que ces valeurs ont bien de la difficulté à percer au-delà du centre-ville.

Dès le mois de janvier, il va aller à la rencontre des militants des districts des banlieues pour reprendre le dialogue.

Il va aussi réunir les candidats de la dernière campagne électorale. « Ils sont toujours enthousiastes » jure-t-il. « On a une bonne base ». Le nouveau chef intérimaire a le mandat de préparer le terrain en vue de la prochaine élection.

Toute mon énergie sera mise pour une réelle alternative pour la prochaine élection. 2021 pour moi, ça commence aujourd'hui.

Mbaï-Hadji Mbaïrewaye

Course à la direction

Le chef intérimaire renonce, selon les règlements de Démocratie Québec, à être candidat à la course à la direction du parti. Mbaï-Hadji Mbaïrewaye n'a aucune ambition. Il en a pris l'engagement solennel devant les journalistes.

Il restera en poste le temps que le nouveau conseil d'administration décide des modalités de la prochaine course et élise un chef indique Denis L'Anglais, président de Démocratie Québec, qui quittera ses fonctions dans quelques semaines.

Quelques personnes se sont montrées intéressées par le poste de chef intérimaire.

Mbaï avait la meilleure capacité à porter la parole de Démocratie Québec, plus que d'autres. Il représente le changement de ce qui se passe dans la ville de Québec. Il y a un changement important sur le plan démographique et Mbaï l'incarne.

Denis L'Anglais, président de Démocratie Québec

S'il n'a aucune envie de devenir chef, Mbaï-Hadji Mbaïrewaye a beaucoup d'ambition pour son parti.

Il estime que l'ère des politiciens populistes, où tout tourne autour d'un individu, tire à sa fin. « Je suis fondamentalement contre ce genre de politique parce que cela nourrit la désaffection et attise le cynisme. »

Le nouveau chef promet d'être présent. « Je serai le chef sur le terrain et Jean Rousseau s'occupera du travail parlementaire ».

Mbaï-Hadji Mbaïrewaye travaillera de concert avec le seul conseiller élu dans le district Cap-aux-Diamants. D'ailleurs, le conseiller Jean Rousseau ne ferme pas la porte à une candidature à la chefferie, mais il est trop tôt pour prendre un engagement.

La mobilité et la main-d'oeuvre seront les deux enjeux des prochains mois. Démocratie Québec veut faire partie des solutions. « Nous avons l'intention d'être une bonne opposition » promet Mbaï.

Québec

Politique municipale