•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaz Métro devient Énergir

Sophie Brochu, présidente et chef de la direction d’Énergir

Sophie Brochu, présidente et chef de la direction d’Énergir

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Gaz Métro change de nom et devient Énergir pour « refléter la diversification de ses investissements dans les énergies renouvelables », dit l'entreprise.

Le nouveau nom est une combinaison des mots « énergie » et « agir ». Cela signifie-t-il un abandon du mot gaz?

En entrevue à RDI économie, Sophie Brochu, présidente et chef de la direction d’Énergir, explique qu’il ne s’agit pas d’un abandon. « On laisse de côté le mot gaz dans la dénomination, mais on n’abandonne pas le gaz comme tel. En fait, notre nouveau nom rejoint ce que nous sommes devenus », dit-elle.

« Ce n’est pas une rupture, c’est une union », ajoute Mme Brochu.

Elle rappelle que cela « fait 60 ans qu’on exerce ce métier-là [la distribution de gaz]. C’est un métier où on a innové, c’est un métier que l’on a perfectionné et nous allons continuer de le vivre et de le faire », assure-t-elle en rappelant que c’est une« décision réfléchie ».

Sur la question de l’avenir de l’entreprise, la présidente et chef de la direction d’Énergir affirme qu’elle mise sur tout et qu'elle continue de miser sur le gaz naturel. « On travaille à développer la filière du gaz naturel vert, renouvelable québécois. »

Nous sommes dans toutes les énergies.

Une citation de : Sophie Brochu, présidente et chef de la direction d’Énergir

Si la distribution de gaz naturel représentait la quasi-totalité de ses activités, il y a 10 ans, la production et la distribution d'électricité renouvelable ainsi que l'offre de services énergétiques non gaziers constituent maintenant près de 45 % de ses actifs, explique l’entreprise.

Énergir est le principal distributeur d’électricité du Vermont, il possède 44 barrages hydroélectriques et 21 parcs solaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !