•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Musée des beaux-arts sur son 36 pour son premier gala philanthropique

Maquette du projet Philanthropie. On aperçoit le recouvrement métallique qui habille les murs du bâtiment..

Maquette du projet Philanthropie

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

Radio-Canada

À l'occasion de la présentation de son premier gala philanthropique au printemps prochain, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) revêtira un nouveau décor grâce à un concours organisé avec la collaboration de l'École d'architecture de l'Université Laval.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

C'est le projet Philantropie, un hommage aux donateurs du musée proposé par les étudiants Francis Gaignard, Sandrine Gaulin, Carine Huot et Gabriel Lemelin, qui a été retenu dans ce concours pour décorer l'intérieur de l'édifice.

Le jury a aimé leur proposition de « mettre en valeur l'architecture exceptionnelle du bâtiment pour l'offrir » aux philanthropes qui ont rendu possible la construction du pavillon.

De gauche à droite : Francis Gaignard, Gabriel Lemelin, Sandrine Gaulin, Samuel Bernier-Lavigne et Carine Huot.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite, Francis Gaignard, Gabriel Lemelin, Sandrine Gaulin, Samuel Bernier-Lavigne et Carine Huot.

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

Samuel Bernier-Lavigne, membre du jury et professeur des étudiants, explique le choix du jury, composé entre autres de Shohei Shigematsu et Olivier Dufour.

« Le jury a aimé la force de l'idée, la cohérence de l'ensemble des installations du projet et la richesse des expériences proposées par l'habillage. »

On voulait exalter la philanthropie et rendre les Québécois fiers de ce qu'on peut accomplir quand on se met à plusieurs.

Sandrine Gaulin, École d'architecture de l'Université Laval

La jeune femme ajoute que son équipe a décidé de travailler à partir du concept de réflexion.

« Comme le nom des gens est inscrit à même les marches et les murs, on vient intégrer leur nom à l'installation. »

Utilisation du mylar

Philanthropie se déclinera donc en cinq installations disséminées à travers le musée. Ces installations seront recouvertes de mylar, un matériau surprenant.

L'idée est partie de la couverture de survie, raconte Samuel Bernier-Lavigne, qui a guidé ses étudiants tout au long du processus.

« C'est un matériau qui est à la base non noble pour l'architecture et qui est très peu dispendieux, mais lorsqu'on commence à le travailler de manière architecturale, on se rend compte qu'il peut créer des effets tout à fait extraordinaires. »

La réflexion est parfaite lorsqu'il est tendu, la réflexion est diffuse lorsqu'il est froissé et éventuellement, lorsqu'il est mis en lumière, il y a toute une notion de transparence qui émerge.

Samuel Bernier-Lavigne, professeur-adjoint, École d'architecture de l'Université Laval

Redécouvrir le MNBAQ

Les étudiants ont fait le pari audacieux d'enfermer l'escalier monumental dans la pellicule de mylar afin de le faire redécouvrir aux gens.

Gabriel Lemelin, membre de l'équipe gagnante, explique que « les visiteurs se trouvent donc à entrer dans l'escalier et à y découvrir une structure de métal, leur expérience est soudainement différente. »

Les résultats concrets de ce concours seront visibles le 5 mai prochain lors du premier Gala MNBAQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Arts