•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mont-Saint-Pierre veut sa juste part

De gauche à droite, Jean-Sébastien Cloutier et Hélène Coulombe de la Corporation de tourisme et le maire Magella Émond.

De gauche à droite, Jean-Sébastien Cloutier et Hélène Coulombe de la Corporation de tourisme et le maire Magella Émond.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après quelques années difficiles, le village de Mont-Saint-Pierre en Haute-Gaspésie entend relancer un projet qui traîne depuis bientôt 15 ans et demande à Québec de démontrer une volonté politique claire pour assurer le développement de la Haute-Gaspésie, la grande négligée d'une région déjà laissée pour compte.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

Entre 2011 et 2016, le petit village coincé entre mer et montagnes a perdu près de 20 % de sa population, passant de 192 à 156 personnes. Au même moment, une crise secouait le conseil municipal de Mont-Saint-Pierre. Cinq directeurs généraux se sont succédés pendant cette période. D'ailleurs, le poste est encore vacant.

Le maire Magella Émond a finalement éclipsé l'ex-mairesse Lynda Laflamme aux dernières élections. Celui qui effectue un retour en politique municipale - il a été maire et préfet - veut tourner la page sur cet épisode qu'il juge difficile pour Mont-Saint-Pierre.

Il entend faire savoir au gouvernement du Québec qu'après le tour de la Gaspésie, il doit y avoir maintenant, le tour de la Haute-Gaspésie.

« On monte souvent de beaux projets, mais c'est toujours plus difficile quand ça vient de la Haute-Gaspésie. J'ai fait 20 ans de politique municipale, je suis convaincu que mon impression est bonne ».

Mont-Saint-Pierre relance le projet de Village Parc-sur-Mer

L'échec du projet Village-Parc il y a quelques années, n'a pas empêché l'ex-maire devenu président de la corporation de tourisme, Jean-Sébastien Cloutier, de continuer de rêver.

Selon lui, son village et ses paysages sont uniques, « même les roches volent ici », dit-il en riant. Mais rien n'est plus sérieux; ce phénomène qui fait en sorte que le vent propulse les roches de la montagne vers son sommet est attesté par les spécialistes.

Mont-Saint-Pierre, l'arrière-pays !Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mont-Saint-Pierre, l'arrière-pays

Photo : Radio-Canada

Très bientôt, si le conseil municipal donne son accord, Mont-Saint-Pierre cognera à nouveau à la porte de Québec, mais cette fois, avec un projet plus modeste que celui de 44 millions de dollars (dont la moitié serait venu du privé).

Jean-Sébastien Cloutier qualifie la relance de « première phase ». Elle consiste à mettre en valeur la montagne et ses éléments géomorphologiques dont les fameuses roches volantes, avec une plate-forme suspendue à la falaise.

Le projet permettrait aussi de réaménager l'anse du village et de redonner un peu d'amour au chalet situé en haut de la montagne.

Quand on monte quelqu'un en haut déjà on l'a notre réponse, c'est un wow à chaque fois, donc, il faut développer ce wow-là.

Jean-Sébastien Cloutier, président de la Corporation de tourisme de Mont-Saint-Pierre

Une volonté politique s.v.p.

Le projet, du moins cette première phase, est évalué à 4 millions de dollars.

Mais les autorités anticipent un premier écueil, soit la part du milieu qui sera nécessaire pour obtenir une subvention des gouvernements.

« Par exemple, le fédéral demande 20 % de mise de fonds, ça veut dire 800 000 $, on est 160 ici, c'est impossible », s'exclame monsieur Cloutier sous le regard approbateur du maire.

La seule option demeure une volonté politique claire d'Ottawa mais surtout de Québec pour aider la Haute-Gaspésie et Mont-Saint-Pierre.

Le village a d'ailleurs bien besoin de ce coup de pouce. Ici, le revenu moyen des ménages dépasse à peine 36 000 $. La moyenne dans la MRC se situe à près de 53 000 $. Le décor pittoresque attire bien sûr le regard du visiteur, mais celui-ci ne s'y attarde guère plus d'une heure ou deux et reprend la route vers l'est.

Cet ancien motel dévisage le centre du village depuis des années.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cet ancien motel dévisage le centre du village depuis des années.

Photo : Radio-Canada

Le maire Magella Émond espère aussi que ce projet, et un dynamisme retrouvé au village, attirera de nouveaux investisseurs. Actuellement, trois motels, dont un (sur la photo) qui est en état de délabrement avancé et qui appartient à la municipalité en raison de taxes impayées, sont à vendre.

D'ailleurs, le maire se donne un an, pas plus, pour régler le problème de cet ex-motel bleu qui déguise considérablement le centre du village depuis belle lurette.

C'est probablement l'un des sujets dont on me parle le plus, et pas seulement des gens du village, c'est clair qu'il faut régler ça.

Magella Émond, maire de Mont-Saint-PIerre

Mont-Saint-Pierre : les jeunes attirent les jeunes

Lors du recensement de 2016, la municipalité ne comptait que cinq familles de trois personnes et plus. Il y en aura une sixième bientôt. Hélène Coulombe, qui est revenue en terre natale en 2008, mettra au monde un nouveau Pierremontais ou une nouvelle Pierremontaise d'ici quelques semaines.

En plus de sa progéniture, Hélène Coulombe peut se vanter d'avoir été à l'origine de l'arrivée de trois autres personnes au village, son copain et une amie l'ont suivie. Cette dernière a eu un bébé.

Je me suis dit, si je ne reviens pas moi, personne ne va vouloir revenir, ça prend pas grand chose, une personne en apporte une autre et ainsi de suite.

Hélène Coulombe, résidente de Mont-Saint-Pierre

Elle s'implique au sein de la Corporation de tourisme et ne pense plus à repartir.

« On a l'impression que tout est possible ici », conclut-elle, le regard fier.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie