•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa rouvre deux bunkers dans la foulée de la menace nord-coréenne

Le drapeau canadien flotte sur la colline du Parlement.
Le gouvernement fédéral révise ses plans d'urgence dans l'éventualité d'une attaque de la capitale nationale. Photo: Reuters / Blair Gable
Radio-Canada

La montée des tensions internationales comme la course à l'armement nucléaire de la Corée du Nord incite les fonctionnaires à réviser et à revoir une série de plans d'urgence. Tout droit tirés de scénarios cauchemardesques d'Hollywood, ces scénarios prévoient l'évacuation du Cabinet fédéral vers une base sécurisée à l'extérieur d'Ottawa.

Un texte de Murray Brewster

Le Bureau du Conseil privé, l’aile bureaucratique du Cabinet du premier ministre, a rédigé, il y a un an, une entente avec la Défense nationale afin de mettre à la disposition du Cabinet du premier ministre les bunkers de deux bases militaires dans l’éventualité où la région de la capitale nationale devenait « non viable », selon des documents obtenus par CBC News, en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Chacun des emplacements est consigné dans le document d’information daté du 2 août 2016. Les deux sites y sont simplement désignés sous le nom de « sites Alpha et Bravo ».

L'entente s'inscrit dans le cadre d’un plan général du gouvernement fédéral afin d’assurer la « continuité du gouvernement constitutionnel ». Le plan vise à « assurer une interruption minimale, voire nulle, de la disponibilité des services essentiels » lors d'une urgence ou d'une catastrophe naturelle à Ottawa.

Le gouvernement fédéral dispose depuis longtemps de plans d'urgence - connus à l'interne sous le nom de CONPLANS - pour pallier diverses situations d'urgence, allant des tremblements de terre aux inondations, en passant par des attaques terroristes jusqu'à des scénarios de guerre à grande échelle.

Le retour de la guerre froide

La différence à présent, selon les experts, réside dans le fait que les fonctionnaires doivent penser plus souvent en termes de guerre froide, surtout lorsqu’ils considèrent la menace d’un missile nord-coréen frappant le Canada. Cette idée était présente dans l’état d’esprit de la Défense des années 1990, soutient un ancien haut fonctionnaire de la Défense nationale, Andrew Rasiulis.

« L’idée est tombée en désuétude avec la fin de la guerre froide, explique M. Rasiulis. À l’époque, c’était tout un changement culturel. »

Au plus fort de l'affrontement avec l'ex-Union soviétique, les militaires canadiens disposaient d'une série de bunkers dans lesquels le Cabinet fédéral pouvait se réfugier, y compris le « Diefenbunker », près de Carp, en Ontario, le complexe souterrain de la base des Forces canadiennes de North Bay, en Ontario, et celui de la base militaire de Calgary, en Alberta, qui est maintenant désaffectée.

M. Rasiulis soutient qu’une génération complète de fonctionnaires n'a pas eu à se soucier de ces visions cataclysmiques et n'a pas eu à le faire avant 2014, lorsqu'il a pris sa retraite.

Depuis la fin de la guerre froide, l’évocation d’une attaque nucléaire était conceptualisée sous la forme d’une attaque terroriste à la bombe sale et non d’une attaque de missiles pouvant détruire des villes entières et faire des dizaines de milliers de morts.

Préparation civile

Professeur au Collège militaire royal du Canada et spécialiste de la guerre froide, Sean Maloney estime que la question de l’état de la préparation civile à une telle attaque est plus importante que celle de savoir s’il existe des plans d’urgence pour assurer la continuité de la gouvernance.

Une explosion nucléaire entraîne une impulsion électromagnétique qui ferait griller les réseaux électriques sur une zone beaucoup plus vaste que le rayon de l'explosion. Cela aurait pour effet d’anéantir non seulement les entreprises, mais tout le réseau d’infrastructures publiques, comme les usines d’assainissement des eaux et de traitement des égouts.

Ce n'est que la pointe de l’iceberg. Les gens n'y ont pas réfléchi et ne veulent pas en parler, parce que c'est trop accablant pour eux.

Sean Maloney, professeur au Collège militaire royal du Canada

Ce sentiment de « léthargie » était également présent durant la guerre froide, poursuit-il. Les gens étaient résignés à l’idée qu’une fois que les missiles se mettraient à pleuvoir, tout serait terminé.

M. Maloney a écrit un article sur les plans de contingence du gouvernement fédéral en cas de guerre thermonucléaire avec l'Union soviétique à la fin des années 1990. Faisant référence à la comédie de Stanley Kubrick des années 1960 sur ce qui pourrait arriver si la mauvaise personne appuyait sur le mauvais bouton, l’article s'intitulait « Dr Strangelove visits Canada ». Certaines des questions soulevées dans son article pourraient trouver un écho dans cette nouvelle ère d'incertitude.

Les critiques des programmes de protection civile font valoir que la protection des dirigeants gouvernementaux dans les refuges et le fait de ne pas fournir d'installations similaires à l'ensemble de la population sont « antidémocratiques » et conçus pour maintenir l'« élite au pouvoir », explique M. Maloney. Il ajoute que le présent plan de reconstitution du gouvernement « semble très années 1950 ».

Le gouvernement du premier ministre John Diefenbaker est le premier à avoir mené un exercice d'entraînement à grande échelle pour tester son plan d'urgence visant à évacuer Ottawa, en décembre 1959. Un avion de transport North Star et un hélicoptère Labrador ont été mis en attente pendant 30 minutes pour évacuer les ministres et les hauts fonctionnaires du gouvernement du côté est de la pelouse de la colline du Parlement vers la base aérienne de Rockcliffe. D'autres fonctionnaires devaient être transportés hors de la ville en autobus.

Politique fédérale

Politique