•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation de Grassy Narrows aura son centre de traitement à l’empoisonnement au mercure

Un panneau d'avertissement indique que l'eau de la rivière est contaminée.

Grassy Narrows

Photo : Radio-Canada / Jody Porter

Radio-Canada

"Nos prières ont été entendues" s'est exclamé l'ancien chef de la Première Nation Grassy Narrows Bill Fobister. Le gouvernement fédéral s'est engagé à construire le centre de traitement pour les personnes malades en raison de l'empoisonnement au mercure, demandé depuis des années par la communauté.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux et de Claudine Brulé

L’annonce a été faite lors d’une une rencontre au sommet avec des membres de la Première Nations Grassy Narrows, la ministre fédérale des Services aux Autochtones et le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones, David Zimmer.

La construction du centre coûterait environ 4,5 millions de dollars selon les leaders de la Première Nation.

Ottawa n’a pas donné de détails sur le projet, les montants qui seront alloués ni l’échéancier de construction.

Bill Fobister en entrevue à l'extérieur avec une journaliste et une caméra devant l'Assemblée législative de l'Ontario.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien chef de la Première Nation Grassy Narrows Bill Fobister croit que ses prières ont été entendues et il se réjouit de l'engagement du gouvernement fédéral à construire un centre pour les personnes souffrant d'empoisonnement au mercure.

Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Ce centre aurait du voir le jour il y a bien longtemps, mais aujourd’hui est un grand jour et c’était tellement agréable d’entendre la ministre des Services aux Autochtones s’engager catégoriquement à nous donner ce centre.

Bill Fobister, ancien chef de la Première Nation de Grassy Narrows

Le centre de traitement à l'empoisonnement au mercure permettrait aux familles de Grassy Narrows de recevoir des soins près de leur famille, sans avoir à quitter la communauté.

L'ancien chef de la Première Nation de Grassy Narrow Bill Fobister sur une table d'examen médical. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de la Première Nation de Grassy Narrows, Bill Fobister, se fait examiner par le Dr Minamata Masanori Hanada, expert en la maladie de Minamata en 2014.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

En ce moment, les gens souffrant de la contamination au mercure doivent se rendre à Kenora, Thunder Bay ou Winnipeg pour recevoir des soins spécialités.

Cela signifie être loin de sa famille et de ses proches.

L’ancien chef Bill Fobister doit faire plus de quatre heures de route pour visiter sa petite-fille de 26 ans qui habite Fort Frances où elle peut recevoir les soins dont elle a besoin.

Elle est en fauteuil roulant et ne parle pas.

Il espère qu’elle pourra éventuellement être soignée dans le nouveau centre qui sera construit dans sa communauté.

Première Nation de Grassy Narrows dans le Nord-Ouest de l'Ontario Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les lacs et les rivières du système English-Wabigoon, où s’approvisionne directement la Première Nation, ont des niveaux de mercure en croissance et jusqu’à 20 fois supérieurs à la norme.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

« Nos membres qui sont malades en raison d’un empoisonnement au mercure pourront rester chez eux, et être avec leurs familles (...) alors qu’aujourd’hui, il peut s’écouler de longues périodes entres les visites », dit Bill Fobister qui espère maintenant ne pas trop attendre avant de voir la première pelletée de terre.

Le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones David Zimmer a parlé d'une rencontre très productive mercredi à Toronto. Mais son gouvernement ne prend aucun engagement envers la construction du nouveau centre.

Usine Domtar de Dryden Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Domtar a acheté l’usine de Dryden en 2007 et soutient n’avoir jamais utiliser de mercure à cet endroit.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Leblanc

Le réseau hydrographique du nord-ouest de la province a été contaminé lorsque la papetière Dryden Chemical a déversé du mercure, de 1962 à 1970, dans la rivière Wabigoon-English.

C'est ainsi que le poisson, principale source de nourriture de la réserve de Grassy Narrows et des Nations indépendantes de Wabaseemoong, a été infectéDepuis, la plupart des membres de ces communautés présentent des symptômes d'empoisonnement au mercure, aussi appelés la maladie de Minamata (Nouvelle fenêtre), et disent avoir perdu la sensation du toucher au bout de leurs doigts et de leurs orteils.

Examen médical d'un membre des Premières Nations de Grassy Narrows. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des membres de la Première Nation Grassy Narrows disent avoir perdu la sensation du toucher au bout de leurs doigts et de leurs orteils.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Un récent rapport a démontré que le mercure contamine toujours la rivière à la suite de fuites qui persistent à l'usine de Dryden et la Première Nation de Grassy Narrows accuse la province de lui avoir caché ces informations.

Nord de l'Ontario

Pollution