•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba donne 27 ans à Winnipeg pour réduire ses eaux usées

Débit d'eaux usées

Une sortie d'égout combiné situé au confluent des rivières Seine et Rouge à Winnipeg.

Photo : Jacques Marcoux/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vendredi, le ministère du Développement durable a donné à la Ville jusqu'en 2045 pour capter 85 % des eaux usées diluées qui s'écoulent actuellement dans les rivières de la ville au cours d'une année.

Cela peut être accompli en remplaçant certains des égouts unitaires de la ville, qui transportent à la fois les eaux pluviales et les eaux usées brutes, et qui débordent en moyenne 22 fois par an lorsqu'il y a beaucoup de précipitations. Ces égouts unitaires seraient remplacés par un système pour les eaux pluviales et un autre pour les eaux usées, comme c'est déjà le cas dans les zones de la ville construites plus récemment.

La ville a calculé que le coût du remplacement d'un nombre suffisant d'égouts unitaires pour atteindre l'objectif fixé par la province se chiffre à 1 milliard de dollars. Le remplacement de tous les égouts unitaires afin d'éliminer tous les débordements coûterait près de 4 milliards de dollars, estiment les ingénieurs des eaux usées de la Ville.

Dans une lettre datée du 24 novembre, Tracey Braun, directrice des autorisations environnementales auprès du ministère de développement durable du Manitoba, a déclaré que la Ville avait jusqu'à la fin du mois d'août 2019 pour élaborer un plan visant à atteindre l'objectif de réduction de 85 % d'ici 2045.

Elle a également déclaré que la Ville devrait concevoir ce plan avec suffisamment de flexibilité pour commencer un plan de remplacement plus efficace d'ici 2030.

Le conseiller municipal de Saint-Vital, Brian Mayes, qui est également président du Comité d’orientation permanent des eaux et des déchets a déclaré que la Ville devrait dépenser plus d'argent pour les remplacements d'égouts unitaires parce qu'elle s'attendait à avoir plus de temps pour mener les travaux.

Brian Mayes a néanmoins déclaré qu'il était d'accord avec la directive de Rochelle Squires, ministre du Développement durable. « Elle fait ce qu'elle a dit qu'elle ferait et je pense que c'est la bonne chose à faire », a déclaré le conseiller municipal du NPD au sujet de la ministre progressiste-conservatrice.

En revanche, le président de l'association Sauvons notre Seine, Denis Gautron, ne cache pas sa déception. « C'est regrettable qu'il y ait un délai de 27 ans, on aurait espéré que le projet démarre plus vite. Il y a un manque de coopération entre les pouvoirs provincial et fédéral pour appuyer la Ville de Winnipeg dans ce projet majeur », estime Denis Gautron.

Il s'inquiète du niveau de pollution dans la rivière Seine dont il craint qu'il ne baisse pas.

Le budget d'immobilisations de la Ville prévoit que Winnipeg consacrera 26 millions de dollars à des remplacements d'égouts l'année prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !