•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle unité dédiée aux poursuites pour violence familiale ou conjugale bien accueillie au N.-B.

Le Service des poursuites publiques du N.-B. créé une unité spécialisée dans les poursuites concernant les cas de violence familiale ou conjugale.

Le Service des poursuites publiques du N.-B. créé une unité spécialisée dans les poursuites concernant les cas de violence familiale ou conjugale.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les Services de poursuites publiques du Nouveau-Brunswick créent une unité qui se spécialisera dans les poursuites concernant les cas de violence familiale ou conjugale.

Elle donne ainsi suite à des recommandations formulées par un groupe d'action mis sur pied en 2016 dans le but précisément de revoir la façon dont la Couronne traite les allégations de violence au sein des couples.

Le sous-procureur général adjoint, Luc Labonté, a déclaré, en conférence de presse à Fredericton, que l'unité sera composée de procureurs chevronnés et d'employés de soutien, répartis à travers la province. Ils recevront une formation approfondie.

Dix nouveaux procureurs de la Couronne et quatre employés de soutien se joindront à l'équipe des Poursuites publiques sur une période de trois ans pour remplacer le personnel affecté à l'unité.

« Toutes les personnes oeuvrant au sein du système de justice pénale sont grandement préoccupées par la question de la violence entre partenaires intimes », a-t-il déclaré. « Nous voulons nous assurer que nous adoptions les meilleures pratiques fondées sur des preuves empiriques et des expériences vécues ailleurs dans le monde. »

Luc Labonté, des Services des poursuites publiques du Nouveau-Brunswick

Luc Labonté, des Services des poursuites publiques du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Michelle LeBlanc

La nouvelle unité s'assurera notamment que les cas de violence soient traités en temps opportun, que la sécurité des victimes soit la préoccupation dominante et que les recommandations faites au sujet des peines soient conformes « aux meilleures pratiques ».

La nouvelle unité est déjà active, a-t-on précisé. Les Poursuites publiques ont déjà commencer à embaucher du personnel.

Une nouvelle qui réjouit les intervenants

La création de cette unité est bien accueillie par les personnes qui soutiennent les victimes de violence familiale.

« Je pense que ça va faire une différence », estime la directrice générale du Carrefour pour femmes, Tina Thibodeau. Parfois les avocats vont dire des choses et on fait "Oh!" Ce n'est pas exprès, c'est un manque de connaissance. Si le procureur était aussi spécialisé dans les traumatismes, ça ferait une différence. »

Mme Thibodeau est sûre que cela permettra d'abréger le processus. « Ça va prioriser les cas, ça va faire avancer les dossiers plus vite. On est très contents. »

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.