•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick lance un programme d’antidote aux opioïdes

Une trousse ouverte

Les trousses contiendront de la naloxone, des seringues, des gants en latex, des tampons d'alcool désinfectant, un masque de réanimation et une brochure d'instructions.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des trousses contenant un produit qui neutralise temporairement les surdoses d'opioïdes seront bientôt distribuées au Nouveau-Brunswick en vertu d'un programme lancé mercredi.

Le ministère de la Santé distribuera 2500 trousses de naloxone par l’entremise des programmes d’échange de seringues, des organismes Sida Moncton et Sida Saint-Jean, et des services de gestion du sevrage livrés par l’intermédiaire des deux réseaux de santé. Les trousses seront offertes gratuitement à une population cible. Le tout coûtera 150 000 $.

« Des opioïdes mortels peuvent être présents de façon inattendue dans la drogue de votre choix, et l’investissement annoncé est important, car il vise à réduire le nombre de surdoses et de décès au Nouveau-Brunswick », affirme le Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef par intérim.

Jennifer Russell, Matthew Smith et Benoît Bourque tiennent chacun dans leurs mains une trousse de naloxone.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef par intérim, Matthew Smith, directeur général de SIDA Nouveau-Brunswick, et Benoît Bourque, ministre de la Santé, ont présenté le programme de trousses de naloxone mercredi midi, à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Les opioïdes sont généralement des médicaments antidouleur, mais leur consommation abusive peut mener à la dépendance, la surdose et la mort.

Le gouvernement rapporte que 25 personnes sont mortes en raison de la consommation de drogues ou de médicament, du 1er janvier au 30 juin seulement, et que 17 de ces cas étaient liés aux opioïdes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !