•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pneus d'hiver un mois plus tôt? Québec s'apprête à réformer le code de la route

Les explications de Pascal Robidas

Dans le souci d'améliorer la sécurité sur les routes, Québec a l'intention d'avancer au 15 novembre la date limite pour l'installation des pneus d'hiver, en raison notamment des conditions hivernales hâtives observées dans plusieurs régions.

Les propriétaires de véhicules sont pour l'instant tenus par la loi de le faire avant le 15 décembre, à défaut de quoi ils s'exposent à une amende allant de 200 $ à 300 $ plus les frais.

Il s'agit d'une des nombreuses mesures envisagées par le gouvernement libéral dans son projet de loi visant à réformer le Code de la sécurité routière qui devrait être déposé la semaine prochaine.

Le gouvernement compte également s'attaquer aux comportements dangereux de certains conducteurs, notamment en triplant les amendes imposées à ceux qui lisent ou envoient des messages texte sur leur cellulaire pendant qu’ils conduisent.

Ainsi, les conducteurs pris en défaut devraient débourser au moins 300 $ pour une première infraction et plus de 600 $ lors d’une récidive.

La révision du Code de la sécurité routière en cinq points

  • Interdiction de conduire la nuit pour les apprentis conducteurs
  • Maximum de trois passagers pour les détenteurs d'un permis probatoire
  • Amendes triplées pour les textos au volant; au moins 300 $ pour une première offense, plus de 600 $ pour une récidive
  • Pneus d'hiver obligatoires dès le 15 novembre
  • Antidémarreur avec éthylomètre dès la première récidive

Les jeunes conducteurs dans la mire de Québec

Le gouvernement entend aussi resserrer les conditions imposées aux apprentis conducteurs et aux détenteurs de permis probatoires, qui sont majoritairement des jeunes.

Les conducteurs de 19 ans et moins qui ont un permis probatoire pourraient ne plus avoir le droit de conduire entre minuit et 5 h du matin, car la majorité des décès dans cette catégorie de conducteurs surviennent durant cette période.

Le nombre de passagers permis dans les véhicules conduits par les détenteurs de permis probatoire pourrait aussi être limité à trois.

Une mesure utile, selon les experts

Il s'agit de mesures intéressantes qui peuvent réduire le facteur de risque lié à la conduite automobile chez les jeunes, selon Marie Claude Ouimet, professeure à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université Sherbrooke et directrice du Réseau de recherche en sécurité routière du Québec.

« Conduire la nuit, conduire avec plusieurs passagers, c’est associé à une augmentation du risque, confirme Mme Ouimet, qui ajoute que même si le conducteur n’a pas consommé, les autres jeunes qui se trouvent dans la voiture peuvent eux avoir consommé et distraire le conducteur ».

Nous avons déjà un très bon système, mais si on ajoute de ne pas conduire la nuit [pour les jeunes], c’est un extra qui permettrait une réduction du risque et c’est la nuit surtout qu’on voit des situations avec des jeunes qui ont consommé dans des véhicules avec plein de jeunes.

Marie Claude Ouimet

« Si on est avec un groupe de jeunes qui aiment prendre des risques, ils n’ont pas besoin de parler, juste le fait qu’ils soient dans le véhicule, on peut être porté aussi à prendre plus de risques. C’est aussi ce genre de facteurs qui sont associés à une augmentation du risque », estime la professeure Ouimet.

Imposition d'un éthylomètre dès la deuxième infraction

Québec envisage également d’obliger, dès la deuxième infraction, les conducteurs arrêtés en état d’ébriété à souffler dans un éthylomètre pour pouvoir démarrer leur voiture.

Actuellement, cette mesure n’est imposée aux récidivistes qu’à partir de la troisième infraction. Plus encore, les récidivistes de l’alcool au volant pourraient devoir souffler dans cet appareil toute leur vie pour avoir le droit de démarrer leur voiture.

Politique provinciale

Politique