•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur les femmes autochtones : allégations de pédophilie pour un missionnaire

Le père Alexis Joveneau Photo: Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Radio-Canada

« Je suis très certaine que toutes les femmes et adolescentes de ma communauté ont toutes vécu des sévices de la part du curé ». C'est par ces mots que Mary Mark, témoin de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, a accusé d'agressions sexuelles Alexis Joveneau, un missionnaire oblat aujourd'hui décédé.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

« J'étais accompagné avec un ami, il nous a invités à venir nous asseoir sur ses genoux. Puis c'est là qu’il a commencé à nous toucher. Je me souviens, j'étais figée comme une glace », a soufflé Mary Mark, lors des audiences qui se sont déroulées à Maliotenam.

Le père Alexis Joveneau, d'origine belge, a oeuvré comme missionnaire parmi les Innus de La Romaine à partir de 1954. Il est décédé en 1992. Il figure parmi les personnages principaux du film de Pierre Perreault Le goût de la farine, lancé en 1977 par l'Office national du film (ONF).

Lors de son témoignage, Mary Mark a longuement expliqué le « mal de vivre, transmis de génération en génération, à cause de ces événements-là ».

Ce n'est pas juste notre génération qui avions subi des agressions venant du curé. Nos pères, nos mères ont subi des sévices aussi.

Mary Mark, témoin à l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées
Le père Alexis Joveneau avec une famille innue près d'une tenteLe père Alexis Joveneau avec une famille innue Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Une autre témoin de la commission d'enquête, Thérèse Lalo, a soutenu que le père Joveneau représentait une figure « très importante » au sein de la communauté.

Au moment de son témoignage, elle a dit craindre le regard de ses parents, assis près d'elle, « par peur de les fâcher ».

Les gens le prenaient pour le Dieu.

Thérèse Lalo, témoin lors de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Par ailleurs, au cours de son récit, Mary Mark a également affirmé avoir été témoin d'intimidation. « Une de mes tantes était amoureuse d’un Anglais de Saint-Augustin. [Quand le curé a su ça], il était hors de lui. Il a frappé ma tante ».

Dans un communiqué, la congrégation des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée s'est dite « profondément préoccupée et affligée » par les témoignages. La congrégation « entend collaborer pleinement à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées ».

Côte-Nord

Autochtones