•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Corée du Nord désormais capable de frapper « partout dans le monde », reconnaît Washington

Kim Jong-un observe un tir de missile assis à son bureau.

Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un observe un tir de missile en septembre 2017.

Photo : Reuters / KCNA

Radio-Canada

Questionné sur l'altitude et la portée du dernier missile lancé mardi en mer du Japon par la Corée du Nord, le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a reconnu qu'avec une telle altitude, Pyongyang pourrait frapper non seulement les États-Unis, mais aussi des cibles situées « partout dans le monde ». Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU est prévue aujourd'hui.

Le missile balistique à longue portée lancé mardi par la Corée du Nord, un Hwasong-15, est un tout nouveau modèle de fusée jamais testé auparavant. Selon Pyongyang, l'engin conçu pour emporter une ogive nucléaire de grande puissance est capable d'atteindre une altitude suffisante pour frapper n'importe quelle cible située sur le continent nord-américain.

Le Pentagone, qui a précisé que le missile tiré mardi dans l'océan Pacifique, dans la zone économique exclusive du Japon, n'a présenté aucun danger pour les États-Unis ni pour des pays alliés, a cependant souligné qu'il s'agissait en effet du plus puissant tir d'ICBM (missile balistique intercontinental) réalisé jusqu'ici par la Corée du Nord.

Les experts et militaires américains estiment qu’il s'agit d'un nouveau défi pour les capacités américaines de défense antimissile afin de protéger le territoire américain et ceux de leurs alliés.

Un homme passe devant un écran de télévision en Corée du Sud.

Les médias sud-coréens présentent la trajectoire du missile tiré par la Corée du Nord.

Photo : AFP/Getty Images / JUNG YEON-JE

D'après le codirecteur de l'Union of Concerned Scientists, David Wright, le Hwasong-15 lancé mardi a atteint une altitude de plus de 4500 km, ce qui, en théorie, lui permettrait de parcourir une très longue distance.

Si ces chiffres sont corrects, en volant sur une trajectoire normale et pas sur une trajectoire en cloche, ce missile pourrait avoir une portée de plus 13 000 km.

David Wright, codirecteur de l'Union of Concerned Scientists

Le missile Hwasong-15 tiré du site de Sain-ni, près de Pyongyang, s'est écrasé en mer, dans la zone économique exclusive du Japon, après avoir volé pendant 50 minutes. L'engin n'a pas survolé le territoire japonais cette fois, contrairement à d’autres missiles tirés par la Corée du Nord plus tôt cet automne.

Réunion d'urgence au Conseil de sécurité de l'ONU

Réagissant à cette nouvelle provocation de la Corée du Nord, le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud ont réclamé la tenue, ce mercredi, d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

Malgré la tension qui s'accentue dans la région, notamment au Japon et en Corée du Sud, qui sont directement exposés aux menaces militaires de Pyongyang, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson estime que les « options diplomatiques » pour résoudre la crise restent « sur la table, pour l'instant ».

Le chef de la diplomatie américaine appelle toutefois la communauté internationale à « prendre de nouvelles mesures » au-delà des sanctions déjà adoptées par le Conseil de sécurité, « y compris le droit d'interdire le trafic maritime transportant des biens vers et depuis la Corée du Nord ».

Deux trains de sanctions économiques sévères contre la Corée du Nord ont déjà été adoptés l’été dernier.

En réaction à ce tir, l'armée sud-coréenne a effectué un essai de « frappe de précision », selon Yonhap, citant l'état-major sud-coréen.

Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a quant à lui qualifié le tir « d'acte violent » qui « ne peut pas être toléré ». « Nous ne céderons jamais à un acte de provocation. Nous renforcerons notre pression » sur Pyongyang, a déclaré Shinzo Abe.

« On va s'en occuper » - Donald Trump

Informé de ce nouveau tir de missile par la Corée du Nord alors qu'il se trouvait dans un avion, le président américain Donald Trump a déclaré : « On va s'en occuper ». Le président Trump s'est entretenu avec le premier ministre japonais Shinzo Abe et avec le président sud-coréen Moon Jae-in. Les trois dirigeants ont réaffirmé leur détermination à combattre la menace nord-coréenne.

Moscou dénonce une « provocation » de la Corée du Nord

En Russie, le Kremlin a dénoncé l'attitude provocatrice du régime de Kim Jong-un et a une fois de plus appelé toutes les parties « à garder leur calme ».

« Ce nouveau tir de missile est bien entendu une provocation qui suscite une nouvelle hausse des tensions et qui nous éloigne d'un début de règlement de la crise », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en incitant « les parties concernées à garder leur calme ».

Le Canada s’implique

Le Canada organisera conjointement avec les États-Unis une conférence des ministres des Affaires étrangères afin de discuter de la crise nord-coréenne, a fait savoir Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada. « Une date et un lieu précis seront annoncés en temps voulu », a fait savoir la ministre.

Fin de l'espoir?

Ce nouveau tir balistique nord-coréen intervient huit jours après la décision de Washington de réinscrire la Corée du Nord sur la liste noire des « États soutenant le terrorisme », un geste qualifié de grave provocation par Pyongyang.

Le 3 septembre dernier, la Corée du Nord a mené son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour, qui concernait, selon les autorités nord-coréennes, une bombe à hydrogène suffisamment petite pour équiper un missile.

Le 15 septembre, moins d'une semaine après l'adoption par l'ONU d'une huitième série de sanctions, Pyongyang tirait un missile balistique au-dessus du Japon, sur une distance de 3700 kilomètres, selon Séoul.

L'absence de test de missile depuis le 15 septembre avait soulevé l'espoir que le durcissement des sanctions de l'ONU portait ses fruits.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International