•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones de Grassy Narrows frustrés par l'inertie des gouvernements

Les membres de la communauté de Grassy Narrows demandent à nouveau l'aide du gouvernement.
Les membres de la communauté de Grassy Narrows demandent à nouveau l'aide du gouvernement. Photo: Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux
Radio-Canada

À la veille d'une rencontre avec les ministres ontarien et fédéral des Affaires autochtones, des membres de la communauté de Grassy Narrows dans le nord de l'Ontario soulignent qu'ils réclament, en vain, depuis quatre ans un centre de santé pour traiter les résidents souffrant de la contamination au mercure.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Les membres de la communauté sont découragés de devoir se battre pour obtenir les services dont ils ont besoin.

On demande ça depuis 4 ans... Ils ne peuvent tout simplement pas s'engager... C'est incroyable qu'ils ne puissent pas s'engager... Ils veulent simplement faire des études... C'est tellement frustrant.

Simon Fobister, chef de Grassy Narrows
Un panneau qui avise les résidents que la rivière Wabigoon est contaminée au mercure.Un panneau qui avise les résidents que la rivière Wabigoon est contaminée au mercure. Photo : Radio-Canada / Jody Porter CBC

En ce moment, les résidents de la réserve souffrant de la contamination au mercure doivent se rendre à Kenora, Thunder Bay ou Winnipeg pour recevoir des soins spécialisés. Cela signifie être loin de sa famille et de ses proches.

L'ouverture d'un centre de traitement à l'empoisonnement au mercure permettrait aux familles de Grassy Narrows de recevoir des soins près de leur famille, sans avoir à quitter la communauté.

Quand ils quittent la communauté, ils ne vivent pas longtemps. C'est difficile pour les membres de la communauté d'aller les visiter. Les gens n'ont pas accès aux transports pour aller faire ces visites.

Alana Pahpasay, membre du conseil de bande, Grassy Narrows
Un document précisant les plans d'un éventuel centre de traitementLa première page du plan Photo : Document officiel
Un document précisant les plans d'un éventuel centre de traitementLa deuxième page du plan Photo : Document officiel
Un document précisant les plans d'un éventuel centre de traitementLa troisième page du plan Photo : Document officiel
Un document précisant les plans d'un éventuel centre de traitementLa quatrième page du plan Photo : Document officiel

Les coûts

Le centre de santé coûterait 4,5 millions de dollars à construire. Aucun coût annuel de fonctionnement n'a été déterminé pour l'instant.

La ministre fédérale des Services aux autochtones, Jane Philpott, s'est engagée à aller de l'avant avec une étude de faisabilité.

Après, quand on saura ce dont on a besoin, on sera là pour les communautés.

Jane Philpott, ministre des Services aux Autochtones du Canada
Le ministre des Relations avec les autochtones, David ZimmerLe ministre des Relations avec les autochtones, David Zimmer Photo : Radio-Canada / Paul-André St-Onge Fleurent

Le ministre des Relations avec les Autochtones de l'Ontario, David Zimmer, assure que le gouvernement veut trouver une solution et aider les victimes de l'empoisonnement au mercure.

Au fil des ans, il y a eu des opinions scientifiques contradictoires sur la meilleure façon de gérer la situation.

David Zimmer, ministre des Relations avec les Autochtones

Une contamination qui remonte aux années 1960

Le réseau hydrographique du nord-ouest de la province a été contaminé lorsque la papetière Dryden Chemical a déversé du mercure, de 1962 à 1970, dans la rivière Wabigoon-English. C'est ainsi que le poisson, principale source de nourriture de la réserve de Grassy Narrows et des Nations indépendantes de Wabaseemoong, a été infecté.

Depuis, la plupart des membres de ces communautés présentent des symptômes d'empoisonnement au mercure - maladie de Minamata - et disent avoir perdu la sensation du toucher au bout de leurs doigts et de leurs orteils.

Un récent rapport a démontré que le mercure contamine toujours la rivière à la suite de fuites qui persistent à l'usine de Dryden. La Première Nation de Grassy Narrows accuse la province de lui avoir caché ces informations.

Pour moi, c'est incroyable. C'est clair que nous avons des problèmes médicaux avec cette communauté. C'est nécessaire pour ce gouvernement d'agir. Et chaque étape, c'est trop long. Pourquoi? Ce n'est pas clair. Je pense qu'ils n'ont pas d'intérêt dans ces questions.

Peter Tabuns, porte-parole en matière d'Environnement, Nouveau Parti démocratique de l'Ontario

Les dirigeants de Grassy Narrows doivent rencontrer ce mercredi à Toronto la ministre fédérale des Services aux Autochtones, Jane Philpott, et le ministre provincial des Relations avec les Autochtones, David Zimmer.

Toronto

Autochtones