•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune agression au Rendez-vous fransaskois, selon une enquête indépendante

Dominique Sarny, micro à la main, pendant un point de presse
Le directeur général de l'ACF, Dominique Sarny Photo: Radio-Canada / William Desaulniers
Radio-Canada

Le directeur général de l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Dominique Sarny, soutient qu'une enquête indépendante et professionnelle montre qu'il n'y a eu aucune agression lors du Rendez-vous fransaskois le 11 novembre à Regina.

Correction : Dans une version précédente de ce texte, l'enquête avait été qualifiée d'interne, alors qu'il s'agit plutôt d'une enquête indépendante et professionnelle.

La députée communautaire Christine Freethy avait affirmé qu'elle avait été victime d'une agression physique et verbale lors de ce rassemblement francophone annuel.

Une femme regarde droit dans la caméra et répond à des questions.La députée communautaire Christine Freethy (archives) Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Dans une vidéo publiée sur Facebook le 15 novembre, Mme Freethy a expliqué qu'une personne lui reprochait violemment son appui au député communautaire nouvellement élu de Saskatoon, Denis Tassiako.

M. Sarny a présenté les conclusions du rapport de l'enquête indépendante demandée par la direction générale de l'ACF mardi.

Il affirme que nulle part sur la vidéo de surveillance de l'hôtel, on ne voit une agression physique. Selon lui, aucun des témoignages recueillis lors de l'enquête ne permet de conclure qu'il y a eu harcèlement verbal.

D'ailleurs, il affirme qu'il est exceptionnel pour un employeur de commenter au sujet d'une enquête sur des questions de ressources humaines. Cependant, le fait que la victime présumée ait parlé publiquement de sa plainte sur les médias sociaux force l'ACF à répondre aux critiques.

Pour faire suite au rapport, Dominique Sarny demande des excuses publiques de la part de celle-ci, sur son compte Facebook, et dans des médias, comme l'Eau Vive et Radio-Canada.

De retour au travail

L'employé de l'ACF visé par les allégations retournera à son poste. Il avait été suspendu avec solde lorsque Christine Freethy avait déposé sa plainte auprès de la direction de l'ACF.

L’employé en question n'a pas voulu accorder d'entrevue.

Plus tôt mardi, la police de Regina a confirmé qu'une enquête est en cours sur des allégations d'agression physique et verbale lors du Rendez-vous fransaskois.

De son côté, la députée communautaire et présumée victime a refusé d’accorder une entrevue.

Saskatchewan

Francophonie