•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chef de mission du Comité olympique canadien invite les jeunes à bouger

La chef de mission du Comité olympique canadien, Isabelle Charest

La chef de mission du Comité olympique canadien, Isabelle Charest

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour Isabelle Charest, le rôle de chef mission du Comité olympique canadien va bien au-delà du mentorat des athlètes à Pyeongchang. L'ancienne patineuse de vitesse de courte piste souhaite enseigner aux jeunes que le sport n'est pas seulement une affaire pour les athlètes de haut niveau.

Autrefois championne mondiale en patinage de vitesse de courte piste, Isabelle Charest est maintenant au premier rang pour observer l'inactivité chez les jeunes : la triple médaillée olympique travaille maintenant dans une commission scolaire au Québec.

Elle dit qu'un nombre alarmant de jeunes n'atteignent pas les niveaux recommandés d'activités quotidiennes : « Il y a 9 filles sur 10 qui ne [suivent] pas ces recommandations-là, et on ne parle pas de recommandations pour être un athlète olympique, on parle de recommandation pour être en santé », soulève-t-elle.

L’athlète olympique ajoute qu’à partir de 12 ans, plusieurs jeunes filles délaissent le sport parce qu'elles ne se sentent pas interpellées par les activités offertes. Selon elle, ces filles s'éloignent de possibilités qui vont bien au-delà des bénéfices pour la santé physique.

Le sport a permis à Isabelle Charest de passer une période difficile de son adolescence, lorsqu’elle a déménagé de Rimouski à Montréal.

Le sport a été pour moi salutaire. Ça m'a permis de me valoriser et de m'extérioriser.

Isabelle Charest, chef de mission du comité olympique canadien

Isabelle Charest est maintenant la marraine du programme Fillactive. Ce programme a pour but de leur donner de saines habitudes de vie.

Isabelle Charest dit qu'une autre mission du Comité olympique canadien cette année est d'encourager la diversité dans le sport. « Peu importe nos orientations sexuelles, notre culture, ou nos origines, je crois que le sport est un prétexte pour rassembler tout le monde », indique-t-elle.

Des athlètes du monde entier vivront ce rêve olympique dès le 9 février pour les Jeux olympiques et paralympiques de Pyeongchang.

Colombie-Britannique et Yukon

Activités sportives