•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

15 ans après le rapport Romanow, l'accès aux soins de santé en français s'améliore au Canada

Un couloir d'hôpital

Photo : iStock

Radio-Canada

Quinze ans après le rapport du commissaire Roy Romanow sur l'avenir des soins de santé au Canada, la Société Santé en français (SSF) reconnaît les progrès de l'accès et de la qualité des soins de santé en français en milieu minoritaire, mais dit qu'on peut encore faire mieux.

Un texte de Nora Chabib

« La majorité des provinces et territoires canadiens ont une meilleure compréhension des enjeux liés à la santé en français », dit la Société Santé en français dans un courriel.

La création de la SSF, dans la foulée du rapport Romanow et de 16 autres réseaux de santé en français, partout au pays, a grandement contribué à ces progrès, selon elle.

En 2002, la Commission sur l’avenir des soins de santé au Canada avait mis en évidence le fait que les difficultés de communication, de compréhension et d'accueil pouvaient nuire à la qualité des soins médicaux offerts aux minorités linguistiques.

L’étude considérait que les obstacles linguistiques pouvaient faire augmenter le temps de consultation et réduire l’utilisation des soins préventifs ainsi que les probabilités d’exactitudes.

Correctif : Une version précédente de ce texte indiquait que les obstacles linguistiques pouvaient faire augmenter les probabilités d'exactitudes, mais ces dernières sont plutôt réduites.

Le rapport recommandait aux autorités régionales de santé de former le personnel de santé, de favoriser les liens avec les organisations et communautés minoritaires et d’utiliser des technologies telles que la télésanté.

La situation dans les différentes provinces :

- l’Ontario a établi une loi sur les services en français, 26 régions sont obligées d’offrir des services de santé en français;
- l’Île-du-Prince-Édouard a instauré une carte-santé bilingue qui indique la langue de préférence des patients;
- la Nouvelle-Écosse a adopté une Loi sur les services en français et travaille à mieux répondre aux besoins des francophones;
- l'Alberta détient une nouvelle politique en matière de francophonie bien qu’elle ne touche pas spécifiquement à la santé;
- le Nouveau-Brunswick, officiellement bilingue, continue d'avoir des difficultés à recruter du personnel bilingue.

La SSF ne cache pas cependant le fait que beaucoup d’améliorations restent à apporter, notamment pour que les communautés éloignées puissent avoir un meilleur accès à des services francophones.

Certains types de services sont encore difficiles à obtenir en français, par exemple la santé mentale ou les services à domicile.

Société Santé en français, dans un courriel

Le Consortium national de formation en santé, un partenaire de la SSF, offre de la formation pour des professionnels de la santé afin de combler le manque de main-d’œuvre francophone du secteur.

L’exemple de la Saskatchewan

Le Réseau santé en français a créé un répertoire d'une centaine de professionnels de la santé francophones, dont les coordonnées sont accessibles sur son site web.

Toutefois, selon la présidente de la Fédération des aînés fransaskois, Annette Labelle, ces professionnels ne sont pas toujours facilement accessibles, notamment dans les régions éloignées. Les patients sont parfois forcés de se déplacer, ce que la fermeture de la Compagnie de transport de la Saskatchewan a rendu plus difficile.

Il y a un net progrès par rapport à 2002, mais nous manquons de moyens pour identifier les besoins de la communauté francophone.

Frédérique Beaudemont, directrice du Réseau santé en français

Annette Labelle croit toutefois que le regroupement de toutes les autorités régionales de santé en une seule entité à partir du 1er décembre est une occasion à saisir pour la communauté francophone.

Dans ce renouvellement, il y a une opportunité. On va parler à une personne à la fois qui va avoir une influence sur toute la province, plutôt que de parler à six ou sept régies de santé différentes.

Annette Labelle, présidente de la Fédération des aînés fransaskois

L’année prochaine en Saskatchewan, Le Baluchon alzheimer, un service francophone inspiré du Québec, offrira du répit à domicile aux proches des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Saskatchewan

Francophonie