•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mostafa Annaka, six mois après sa vidéo virale sur les immigrants au travail

Mostafa Annaka, dans son milieu de travail à Trois-Rivières
Mostafa Annaka, dans son milieu de travail à Trois-Rivières Photo: Radio-Canada / Marie-Ève Trudel
Radio-Canada

Après avoir envoyé plus de 1000 curriculum vitae, l'immigrant d'origine égyptienne, Mostafa Annaka, a finalement concrétisé son rêve professionnel. Depuis maintenant six mois, le trentenaire est ébabli à Trois-Rivières. La vidéo qu'il a réalisée sur la réalité des immigrants à la recherche d'un emploi dans leur domaine a été vue plus de 200 000 fois.

Un texte de Marie-Ève Trudel

« C'est important de se remettre debout et de continuer à persévérer », dit-il d'emblée dans son bureau qui déborde de dossiers à éplucher.

Je fais ce que j'aime, donc ça a changé ma vie complètement.

Mostafa Annaka, chargé de projet chez Construction St-Arnaud

Mostafa Annaka travaille dans le secteur pour lequel il est qualifié : l'ingénierie. Sa langue maternelle est l'arabe, ce qui ne l'empêche pas de travailler en français et de voyager aux quatre coins du Québec à titre de chargé de projets chez Construction St-Arnaud.

« C'est important de planter plusieurs immigrants dans plusieurs entreprises, qui vont donner une bonne impression et par la suite, les employeurs vont faire confiance aux immigrants et vont avoir la volonté d'en engager d'autres », dit le travailleur.

L'employeur de Mostafa Annaka est d'origine espagnole, ce qui lui donne une sensibilité particulière. Il a voulu laisser sa chance à Mostafa Annaka.

Avant de savoir c'était quoi ses qualités en tant qu'ingénieur, c'était surtout sur sa persévérance, sur sa volonté de travailler qu'on a misé.

Javier Paredes, directeur construction, Construction St-Arnaud

« Ce qu'on croyait qu'on était pour trouver, on l'a trouvé, dit Javier Paredes. On n'a pas été déçus. »

Mostafa Annaka en compagnie de son patron, Javier ParedesMostafa Annaka en compagnie de son patron, Javier Paredes Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Un effet Mostafa?

Dans une vidéo de deux minutes, Mostafa Annaka expose la difficulté pour des immigrants à se trouver un emploi dans leur domaine. Ces images ont abondamment circulé sur les médias sociaux.

« Je pense que ça a aidé à sensibiliser les gens, mais le problème est encore existant selon moi », dit Mostafa Annaka.

Mostafa Annaka sur un sofaExtrait de la vidéo de Mostafa Annaka Photo : YouTube

L'Institut du Québec, qui guide l'élaboration de politiques publiques, croit qu'il faut effectivement faciliter la reconnaissance des diplômes étrangers et le recrutement.

L'instance observe néanmoins un changement positif ces derniers mois à l'égard de l'embauche d'immigrants. La diffusion de la vidéo de Mostafa Annaka a pu avoir un effet bénéfique selon la direction.

« C'est très positif comme histoire, parce qu'on sent actuellement qu'il y a un changement. Les gens en parlent, les gens en discutent, dit le directeur associé à l'Institut du Québec, Jean-Guy Côté. Il faut garder à l'esprit que le taux de chômage au Québec est dans des creux historiques, donc les employeurs ont besoin de cette main-d'oeuvre-là ».

S'ils [les employeurs] n'ont pas été touchés par l'histoire, peut-être que la nécessité économique va faire en sorte qu'ils vont avoir besoin de cette main-d'oeuvre-là à très court terme.

Jean-Guy Côté, directeur associé à l'Institut du Québec

Mostafa Annaka est heureux dans son travail et souhaite adopter pour de bon son nouveau milieu de vie professionnel.

Mauricie et Centre du Québec

Emploi