•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daniel Brière écorche Michel Therrien dans sa biographie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Michel Therrien derrière Daniel Brière.

Michel Therrien derrière Daniel Brière.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans sa biographie Mister Playoffs, l'ancien joueur de la LNH Daniel Brière revient sur son passage tumultueux d'une saison avec le Canadien de Montréal. Même s'il déclare être « extrêmement fier » d'avoir porté l'uniforme tricolore, il ne peut passer sous silence les conflits qui ont existé entre lui et l'entraîneur-chef de l'époque, Michel Therrien.

« Quand je suis entré dans la pièce, [Therrien] s'est mis à me ramasser une fois de plus en me montrant des séquences de jeu [...] Il a terminé son intervention en me disant : "Y'a personne dans la chambre qui te respecte! Y'a personne qui veut jouer avec toi!" C'était d'une méchanceté incroyable », peut-on lire dans l'ouvrage coécrit avec le chroniqueur Martin Leclerc.

L'événement relaté s'est produit le 30 décembre 2013, selon Brière, et représentait l'apogée de la détérioration de la relation entre les deux hommes.

Le Gatinois, qui a joué 973 matchs dans la Ligue nationale et a participé à une finale de la Coupe Stanley, avec les Flyers, en 2010, déplore principalement que Therrien n'ait pas su utiliser ses talents offensifs, sa capacité à marquer en tirs de barrage et son leadership, entre autres, pendant cette saison 2013-2014.

« J'ai été tassé. J'ai vraiment été mis de côté. Et je n'ai pas eu cette chance d'occuper un rôle de leader. »

Au lendemain d'une agréable victoire de 6 à 2 contre le Wild du Minnesota, au cours de laquelle Brière a écopé d'une pénalité dans les dernières minutes, Therrien montre à ses joueurs des reprises de joueurs qui bloquent des tirs pendant un désavantage numérique, et déclare, selon Brière : « Y'a des joueurs qui sont égoïstes. Quand ils prennent de mauvaises punitions comme au dernier match, c'est ça que leurs coéquipiers sont obligés de faire pour eux autres. »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

« Ça a été fait avec classe »

Joint au téléphone, à l’extérieur du pays, Michel Therrien a affirmé qu’il n’était pas au courant de la sortie du livre dans lequel Daniel Brière revient sur son passage à Montréal. L’ancien entraîneur-chef du Canadien a refusé poliment d’entendre les extraits en question. Therrien a réitéré qu’il n’avait rien contre Daniel Brière, un « bon gars » selon ses propres mots.

Daniel BrièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel Brière

Photo : Associated Press / Tom Mihalek

Cette pique ne passe pas inaperçue. « Tout le monde savait que j'étais le joueur visé [...] J'étais embarrassé, gêné, blessé », se rappelle le petit attaquant.

En novembre, le CH a de la difficulté à marquer en tirs de barrage. Brière propose donc à Therrien de lui laisser sa chance dans de telles situations, comme il a effectué une cinquantaine de lancers du genre pendant ses années avec les Flyers. Et le pilote semble réceptif.

Le lendemain, Therrien inscrit au tableau le nom de 11 des 13 attaquants qui participeront à un exercice de fusillade. Les deux seuls qui manquent sont ceux de Brière et du bagarreur George Parros.

« Le message était très clair : mon opinion n'était pas la bienvenue et j'étais mieux de me la fermer », écrit Brière.

« À l'époque, je n'en savais rien », a pour sa part commenté l'actuel capitaine du Canadien, Max Pacioretty, mardi, à l'événement de lancement du livre. « C'est ce que Danny faisait de mieux : il mettait l'équipe en premier. S'il y avait un conflit, je ne crois pas que ça se soit répandu dans le vestiaire. C'est un des nombreux exemples qui prouvent qu'il est un bon leader. »

Il admet dans les pages suivantes que la situation s'est un peu redressée lorsque, en séries éliminatoires, l'entraîneur lui a dit qu'il ferait appel à son expérience. Sauf que cette déclaration ne s'est pas traduite par des actions concrètes au cours des tours disputés par le Tricolore contre le Lightning, les Bruins et les Rangers.

Brière s'estime malgré tout très chanceux d'avoir pu jouer à Montréal, surtout après avoir choisi de se joindre aux Flyers plutôt qu'au Canadien en 2007. « Je ne pourrai jamais exprimer adéquatement à quel point j'ai été honoré de pouvoir défendre les couleurs des Canadiens de Montréal [...] Je serais extrêmement désappointé si, après avoir lu ce chapitre, les partisans de l'équipe en venaient à n'importe quelle autre conclusion. »

Les jours où nous n'avions pas de match [...] je partais à la découverte de Montréal. J'allais visiter des musées, j'allais me balader dans les rues du Vieux-Montréal [...] Ce qui venait me chercher le plus, c'était que je retrouvais enfin mon monde.

Daniel Brière

D'autres s'expriment sur son unique saison à Montréal

Michel Therrien n'est pas cité dans ce chapitre sur l'avant-dernière saison de la carrière de Daniel Brière, mais d'autres personnalités du CH se sont exprimées.

« C'était la façon de fonctionner de Michel. Si tu connaissais un match ordinaire, il ne te rencontrait pas lors de l'entraînement suivant pour clarifier les choses ou pour te donner des outils afin d'améliorer ton jeu [...] Pierre Gervais venait te chercher deux heures avant le match [pour t'amener voir Therrien]. Puis là, il te rentrait dedans! Tu te faisais remettre tes erreurs dans la gorge et tu te faisais ramasser juste avant le match. Ensuite, tu commençais ton match en étant frustré, fâché, sans être concentré sur la tâche à accomplir. » - David Desharnais

« Toutes les bonnes choses que m'avaient dites Paul Holmgren [le dg des Flyers à l'époque] au sujet de son caractère, de son leadership et de ses qualités de joueur étaient vraies. Il a été une bonne personne et un bon gars d'équipe. Encore aujourd'hui, si je le vois, je fais un détour pour aller le saluer. J'ai énormément de respect pour lui en tant que personne et en tant que joueur de hockey. » - Marc Bergevin

« On ne trouve pas toujours une famille heureuse derrière les portes du vestiaire d'une équipe professionnelle [...] En ce qui me concerne, Daniel Brière m'en a beaucoup appris sur le leadership, cette saison-là. Il n'a jamais laissé paraître les problèmes qu'il éprouvait avec l'entraîneur parce qu'il savait que ça pouvait avoir un effet négatif sur l'équipe. Il n'a pas laissé cette situation miner ses performances ni celles de l'équipe. » - Max Pacioretty

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !