•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

lnondations : la Ville de Québec abandonne le projet de mur anti-crue

Une maison, une voiture  et une Jeep lors des inondations de la rivière Lorette en 2005.
La Ville de Québec abandonne son projet de mur anti-crue. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Ville de Québec abandonne le projet de mur anti-crue visant à protéger et à sécuriser les résidents du secteur de la rivière Lorette.

À la lumière des expertises du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), la Ville en vient à la conclusion que les résidences et les commerces riverains demeureraient tout de même en zone inondable. Le projet avait été mis de l'avant par la Ville à la suite des inondations de 2005 et de 2013.

La Ville estime qu'après quatre ans d'efforts à répondre aux exigences du BAPE, le projet de mur anti-crue n'était pas la solution idéale. Le maire Labeaume n'a pas manqué de souligner les critères « trop élevés » mis en place par le BAPE.

« On fait face à une situation où les bureaucrates du BAPE et du ministère de l'Environnement sont dans [une] espèce de party où ils ajoutent des demandes et des protections », a-t-il fait valoir. Le projet évalué à 68,9 millions de dollars aurait grimpé à plus de 80 millions de dollars estime le maire.

« Nous, on gère de l'argent public, et il y a des limites à dépenser l'argent du public quand on n'atteint pas nos objectifs. Ça n'a aucun sens », a-t-il affirmé.

Entre 2008 et 2007, plus de 35,6 millions de dollars ont été investis pour protéger les zones à risque. Des travaux de construction de postes de pompage et de barrages ont été effectués.

La Ville prévoit investir 10 millions additionnels pour protéger les citoyens d'une inondation qui pourrait avoir lieu une fois aux 100 ans.

Des citoyens en colère

Le président du Regroupement sinistrés-entraide se dit estomaqué par l'abandon du projet de mur anti-crue. Il estime que les citoyens touchés ne se sentiront pas en sécurité.

Mario Dubé, président du Regroupement sinistrés-entraide à L’Ancienne-Lorette (archives)Mario Dubé, président du Regroupement sinistrés entraide à L’Ancienne-Lorette (archives) Photo : Radio-Canada

« Ce qu'on vient nous dire, c'est qu'on va en faire moins. Comment on peut nous sécuriser et nous dire qu'il n'y aura plus de problème en en faisant moins? » se questionne Mario Dubé.

Loranger mécontent

Le maire de L'Ancienne-Lorette dénonce pour sa part l'abandon du projet. Il entend se battre pour que le projet de mur anti-crue se concrétise et estime que les mesures mises en place ne sont pas suffisantes.

« Si on revit les mêmes événements qu'en 2005, les gens vont être inondés de la même façon. C'est un non-sens. C'est rire du monde », s'est-il exclamé.

En tout, 287 propriétés et commerces se trouvent dans la zone inondable, 155 à Québec et 132 à L'Ancienne-Lorette.

Québec

Environnement