•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Adolphe-d'Howard n'a pas dit son dernier mot contre Hydro-Québec

Le reportage de Michel Marsolais

Les résidents de Saint-Adolphe-d'Howard s'opposent à la ligne d'Hydro Québec entre Grand-Brûlé et Saint-Sauveur qui traversera leur territoire. Pour eux, c'est un combat pour préserver les paysages de leur région.

Ils réclament l'enfouissement de cette ligne comme cela se fera en Estrie.

Le combat des habitants de Saint-Adolphe-d'Howard contre ce projet, qui viendra bouleverser le paysage de leur municipalité, dure depuis cinq ans.

Sarah Perreault, membre du comité Agir pour enfouir, a paradé en klaxonnant, avec une cinquantaine d'autres Aldolphins, à travers les Laurentides pour faire entendre sa colère.

Malgré les revers juridiques, ils ne baissent pas les bras. Ils se sont rassemblés dimanche pour définir un nouveau plan d'action, car le temps presse.

Hydro-Québec a déjà commencé à déboiser le tracé ou seront installés ses pylônes.

Soutenus par Chantal Valois, conseillère municipale qui réclame elle aussi l'enfouissement partiel de cette ligne, les citoyens mobilisés comptent manifester devant les bureaux des députés et des ministres concernés par ce dossier jusqu'à ce qu'ils soient entendus. Ils se disent même prêts à bloquer les chantiers.

Des pelles mécaniques sont à l'oeuvre.Hydro-Québec a déjà commencé à déboiser le tracé où seront installés ses pylônes. Photo : Georges Jardon

Sentiment d’injustice

L'annonce, plus tôt cette semaine, de l'enfouissement partiel de la ligne Northern Pass de transport d'électricité vers les États-Unis, pour préserver la forêt Hereford en Estrie, a ravivé les espoirs et éveillé un sentiment d'injustice.

Nos paysages ici sont aussi précieux que ceux dans les Cantons de l'Est.

Denise Payette, Comité citoyen de Saint-Adolphe-d'Howard

« On est heureux qu'en Estrie ils aient compris que c'était nécessaire. Les paysages, ils sont importants dans tous les endroits au Québec. On est au 21e siècle », lance Mme Payette.

Hydro Québec n’entend cependant pas faire marche arrière, estimant que l'enfouissement de la ligne ferait passer la facture de 100 millions à 160 millions de dollars.

À Québec, on ne semble pas non plus favorable à l’idée d’enfouir cette ligne de transport d'électricité et on rejette les comparaisons avec l'autre ligne qui traverse vers le New Hampshire.

Avec les informations de Fannie Bussières McNicoll et de Michel Marsolais

Environnement