•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le collège La Cité suspend quatre professeures

Les enseignants dans un corridor du collège

Les enseignants de La Cité sont retourné au travail la semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Josée Guérin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quatre professeures du programme de thérapie respiratoire de La Cité ont été suspendues sans solde vendredi pour avoir contesté le plan de rattrapage prévu par le collège, qui a été paralysé par une grève durant cinq semaines.

Le programme de thérapie respiratoire comprend des cours très spécialisés qui sont des prérequis pour passer les examens nationaux afin de pouvoir devenir thérapeute respiratoire.

Selon le syndicat, ces quatre professeures ont été suspendues sans salaire jusqu’à la fin du mois de janvier, parce qu’ils n’étaient pas à l’aise avec le plan de rattrapage prévu par La Cité après les cinq semaines de grève.

« Ces quatre professeures étaient prêtes à revenir, même sous des conditions qui n’étaient pas idéales pour respecter le calendrier scolaire », a affirmé la porte-parole du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, Mona Chevalier.

La porte-parole du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, Mona Chevalier, en entrevue dans la salle des nouvelles de Radio-Canada.

Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La porte-parole du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario, Mona Chevalier, déplore la suspension des quatre professeures.

Photo : Radio-Canada

Les employées ont proposé des ajustements, comme des semaines de travail supplémentaires au mois de mai, mais le collège aurait refusé.

Elles ont ensuite dit qu’elles étaient prêtes à suivre le plan du collège, mais qu’elles devraient mentionner dans le diplôme les compétences qu’elles n’auraient pas pu enseigner, craignant qu’avec un calendrier scolaire condensé, les risques d’échecs explosent. Le collège n’a pas plié.

Le syndicat dit que le collège s’est montré inflexible et a pris des mesures disciplinaires contre les quatre professeures pour insubordination.

« Elles avaient vérifié avec leurs ordres professionnels et les agréments, mais la réalité, c’est qu’elles savaient qu’elles n’arriveraient pas à enseigner toutes les compétences qui étaient prévues en ayant trois semaines de moins. Donc, ce qu’elles prévoyaient, c’est qu’il y aurait peut-être des restrictions à l’agrément si elles n’arrivaient pas à ça », a précisé Mme Chevalier.

Le collège se veut rassurant

La Cité assure de son côté que les étudiants ne seront pas pénalisés et pourront terminer leur année, avoir leur diplôme en bonne et due forme et passer les examens nationaux.

« On croit que, malgré tout, on va être capable d’offrir la matière, le contenu, les techniques, pour que [les étudiants] puissent réussir leur année scolaire. Et pour les finissants qui devront passer un examen pour un ordre professionnel, ils auront la capacité de passer les examens », a précisé la gestionnaire des communications et relations publiques de La Cité, Pascale Montminy.

Le collège aurait embauché des consultants pour remplacer les professeurs et permettre la reprise des cours dès lundi.

La Cité est le seul collège à offrir ce programme en français, en Ontario.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !