•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La CAQ va être le gouvernement des familles », assure François Legault

Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La famille sera au cœur de la prochaine campagne électorale au Québec, a martelé dimanche le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, à la conclusion du conseil général de son parti, qui se tenait à Sherbrooke.

« Quand je fais la tournée du Québec, je rencontre souvent des pères et des mères de famille qui me disent qu'ils ont beau travailler fort, mais qu'à la fin du mois, ils ont de la misère à payer toutes leurs factures », a-t-il dit devant une foule de militants énergiques.

Sans dévoiler les détails de son programme, M. Legault a survolé les moyens qu’il compte prendre pour faciliter la vie des familles, en répétant plusieurs de ses engagements précédents.

Le chef de la CAQ dit vouloir « mettre plus d’argent dans le portefeuille des parents qui veulent un deuxième ou un troisième enfant ».

En ce moment, le crédit d'impôt aux parents est plus élevé pour un premier enfant, ce qui « n'est pas logique », dit M. Legault. Un gouvernement de la CAQ remettrait un « montant récurrent » aux familles nombreuses, soit sous forme de crédit d'impôt ou d'allocation.

C’est dans l’intérêt de tout le Québec. Ça veut dire une économie plus forte.

François Legault

Encourager la natalité est un élément important du programme caquiste. Il s'agit d’une des solutions au problème démographique du Québec, qui nuit au développement économique, dit François Legault.

C'est aussi une façon de préserver l'identité québécoise. « La taille de la population au Québec, c'est important pour défendre son identité, ne serait-ce que le pourcentage de Québécois à l'intérieur du Canada », a affirmé M. Legault.

La CAQ compte financer ces mesures entre autres en mettant en place « un plan économique ambitieux », en diminuant le gaspillage de l’appareil de l’État et en faisant de l’éducation une priorité.

En ce qui concerne l’éducation, il faut faire mieux que l’Ontario en matière de diplomation, affirme M. Legault, en diminuant de façon significative le taux de décrochage, qui, dit-il, est deux fois plus élevé chez les Québécois.

Des mesures pour l’immigration

Une autre façon de contrer la baisse démographique reste l’immigration, à laquelle M. Legault s’est dit « favorable », si elle est réussie. Selon lui, le taux de chômage élevé des immigrants et les problèmes des programmes de francisation démontrent l’échec des politiques actuelles.

Quand il y a des immigrants qui arrivent ici et qui adoptent notre culture, nos valeurs, notre langue, ça aussi ça aide la démographie.

François Legault

Passant souvent à l'anglais dans son discours, François Legault a voulu rassurer les Anglo-Québécois en leur disant qu'ils pouvaient compter sur la CAQ. Fini, l'épouvantail de la souveraineté, a-t-il dit, en ajoutant que les Québécois en étaient maintenant « libérés ».

Le chef a terminé son discours en faisant référence aux résultats encourageants des derniers sondages. La CAQ est première dans les intentions de vote au Québec depuis quelques mois.

Je veux vous dire comment je suis fier du chemin qu’on a parcouru ensemble. Notre équipe se renforce de mois en mois. Mais il ne faut absolument rien prendre pour acquis.

François Legault

Charest ne devrait pas badiner sur les enquêtes policières, dit la CAQ

Les caquistes ont par ailleurs réagi aux propos de l’ex-premier ministre Jean Charest, qui s’est exprimé samedi soir dans le cadre du congrès du Parti libéral du Québec.

Dans son discours, M. Charest a ironisé sur les fuites de l’enquête « Mâchurer » de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), qui se penche sur des allégations de financement illégal au PLQ à l’époque où M. Charest en était le chef.

Avec humour, il a dit suivre attentivement la politique québécoise à travers les médias, dans lesquels il apprenait aussi certains de ses propres faits et gestes supposés.

Pour le porte-parole de la CAQ en matière de Justice, Simon Jolin-Barrette, M. Charest ne devrait pas « rire » d’une enquête aussi importante.

« Ce que M. Charest a fait hier, en riant de l'UPAC, c'est un peu ça. C'est rire des gestes qui lui sont reprochés, qui sont sous enquête présentement, et on devrait respecter le travail des policiers, respecter le travail des institutions », a-t-il affirmé.

« Ça ne me fait pas particulièrement rire, personnellement », a renchéri François Legault plus tard en point de presse.

Le Parti libéral, qui célébrait cette fin de semaine ses 150 ans, avait réuni sur scène, pour l’occasion, les chefs passés et actuels de la formation politique. Jean-Marc Fournier, qui a assuré l’intérim à la tête du parti pendant une quinzaine de mois, accompagnait sur scène Philippe Couillard et Jean Charest.

M. Jolin-Barrette s'est moqué du « premier trio » du PLQ qui est « le même qu'en 2003 ». « C'est retour vers le futur, a-t-il commenté. Ils n'ont rien de nouveau à offrir aux Québécois. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique municipale

Politique