•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ est la seule « formation politique créative au Québec », dit Philippe Couillard

Le premier ministre et chef du Parti libéral, Philippe Couillard.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En fermeture du congrès libéral à Québec dimanche, le premier ministre Philippe Couillard a livré un discours à saveur électorale à quelque 300 jours des prochaines élections au Québec.

« Mes amis, il y a une belle bataille qui se prépare. Elle va opposer une vision du Québec et une division du Québec. Elle opposera un nouveau Québec et un faux changement qui n’est que la récupération des idées d’hier. Les Québécois, j’en suis persuadé, préfèrent l’optimisme au pessimisme, l’espoir au doute, le rassemblement à la division », a-t-il exposé à ses militants.

Son discours, comme la fin de semaine entière, aura rappelé l’histoire libérale des 150 dernières années, de ses politiques à ses principaux dirigeants. L'ancien premier ministre Jean Charest a notamment été invité à prononcer un discours devant les militants du parti réunis en congrès. L'exercice avant pour but de tenter de mieux regarder vers l’avant.

Pour Philippe Couillard, ce 33e congrès des membres du PLQ aura été « audacieux » et aura démontré qu’« il n’y a qu’une formation politique créative au Québec ».

On a célébré nos 150 ans et on a démontré que ce sont des gouvernements libéraux qui ont fait ces Québec nouveaux. C’est ensemble qu’on fera l’avenir du Québec, encore une fois. Notre histoire est remplie des impossibilités d’hier, qu’on a rendues possibles aujourd’hui.

Philippe Couillard

Cette référence à l’avenir, aux limites du slogan de campagne électorale, marque l’ensemble des propositions libérales pour le Québec présentées par M. Couillard.

Vers un « nouveau Québec, celui de notre temps »

Pour les libéraux, l’avenir du Québec passe par la famille, les régions et une « bonne gestion économique libérale ».

Avec ces thèmes, le parti semble s’attaquer directement aux préoccupations de la Coalition avenir Québec. M. Couillard n’a d’ailleurs fait aucune mention de la formation de François Legault, à l’opposé de son discours d’ouverture dans lequel il les avait décrits comme des « amateurs » et des « bricoleurs ».

Le premier ministre a annoncé que son parti souhaitait s’attaquer à la conciliation famille-travail-études en offrant du temps aux familles, notamment en accordant plus de congés aux parents, des heures de travail plus souples et des services de garde mieux adaptés à la réalité parentale d'aujourd'hui. Tout ça, toujours, sur fond de logique économique, car, pour lui, un « parent inquiet » n’est pas un « employé productif ». Il souhaite que les Québécois « travaillent mieux, car ils vivent mieux ».

Les « bébés bonus » de la CAQ, une idée du siècle dernier

S’adressant aux médias à la fin du congrès, Philippe Couillard a ouvertement critiqué la proposition des « bébés bonus » formulée par le chef de la CAQ. « Je n'en reviens pas! Une autre affaire du siècle dernier », a-t-il lancé à propos de l’idée de promouvoir une politique ouvertement nataliste, en offrant un montant d'argent ou un crédit d'impôt aux femmes qui décideraient de faire un deuxième ou un troisième enfant.

Ironique, M. Couillard a ajouté : un peu plus et « les curés de la CAQ vont faire la visite paroissiale » pour vérifier si les femmes ont « un enfant en chemin ».

Le chef libéral a aussi exprimé son désir de s’attaquer au manque de main-d’œuvre en entreprise, le « plus grand défi de croissance économique pour les années à venir » selon lui, en formant mieux les jeunes, mais surtout, en accueillant plus de nouveaux travailleurs prêts à travailler.

Tous les politiciens qui ont un discours contraire nuisent à la croissance économique et au développement de ses régions.

Philippe Couillard

Il a également annoncé vouloir continuer d'investir en infrastructures, en terminant officiellement l’extension de la ligne bleue du métro de Montréal, tout en lançant le défi à ses militants et au Québec de proposer de nouveaux projets partout dans la province. M. Couillard parle notamment d'un nouveau lien rapide entre Montréal et Québec, dont les précisions seront dévoilées en campagne électorale.

En santé, les libéraux devraient offrir plus d’autonomie pour les infirmières, maintenir la création de supercliniques et se tourner éventuellement vers des consultations médicales en ligne.

Politique provinciale

Politique