•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Philippe Couillard souhaite un nouveau lien rapide Québec-Montréal

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Philippe Couillard souhaite la mise en place d'un nouveau lien rapide entre Québec et Montréal. Le premier ministre a formulé ce souhait dans le cadre du congrès du Parti libéral qui se termine aujourd'hui à Québec.

Le chef du PLQ parle d'un projet « phare » pour le Québec. Il écarte l'idée d'un train à grande vitesse. Phillipe Couillard ne sait pas précisément quelle forme prendra cette nouvelle liaison et fait un appel à la créativité.

Je veux lancer un appel de projets. On a d’excellentes écoles d'ingénieurs chez nous, on a des ingénieurs de grand talent.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

L’appel de projets aura lieu après l'élection, si les libéraux sont réélus.

Philippe Couillard a admis être séduit par l'idée d'un monorail à grande vitesse (MGV) de conception québécoise. « La technologie a beaucoup changé, et j'aimerais encore une fois que ce soit une technologie de chez nous », a-t-il dit.

Cet engin entièrement électrique a été conçu par Pierre Couture, celui qui a développé le moteur-roue d'Hydro-Québec dans les années 1990. Il s'agit d'un système de transport en commun hyper-rapide qui roulerait à plus de 250 km/h.

« Cest tout à fait compatible avec l’électrification des transports, ensuite [...] Ça me semble rapide et confortable pour les passagers. Et enfin, si on réussit à le faire, on pourrait exporter cette technologie-là », a-t-il ajouté.

Il a toutefois admis qu’il faut tester cette technologie et que ce type de projet peut prendre du temps. « C'est le projet d'un mandat », a-t-il souligné.

« Pas avant une dizaine d’années », selon un expert

Le président de Trajectoire Québec et ingénieur à la retraite, François Pépin, estime que le projet de monorail à grande vitesse est intéressant, mais la technologie doit être développée et testée.

« Pour faire un monorail, ça prendrait un banc d’essai et un prototype [...] ce qui demande déjà plusieurs années, et à peu près 200 millions de dollars, juste pour cette étape-là », a-t-il expliqué.

Un monorail Montréal-Québec, ce n’est pas avant une dizaine d’années, au minimum.

François Pépin, président de Trajectoire Québec

D’autres monorails existent à travers le monde, mais le projet de Pierre Couture est le seul à aller à une telle vitesse et à fonctionner avec un moteur-roue, a-t-il souligné.

M. Pépin croit qu’il faut examiner et comprendre la problématique du corridor Montréal-Québec pour déterminer quelle est la meilleure solution.

« Il y a l’autobus interurbain qui est déjà dans le corridor, il y a le train de VIA Rail sur la rive sud qui fonctionne et qui pourrait être amélioré [...] Orléans Express a quand même de la difficulté à rentabiliser ce corridor-là. Le transport interurbain connaît une crise au Québec », a-t-il déploré.

Selon l’expert, il existe d'autres options plus intéressantes à court terme, comme le train à grande fréquence, un projet de VIA Rail. « C’est faisable », d’ici cinq ans, a-t-il ajouté.

Le monorail à grande vitesse a tout de même ses avantages, a-t-il admis. Il n'alourdit pas la circulation puisqu’il est aérien et il permettrait de faire Montréal-Québec en environ une heure.

Québec

Transports