•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie de Lyme dans les Maritimes : « On peut s'attendre à avoir de plus en plus de tiques »

Une tique gorgée de sang
Une tique infectée transmet la bactérie en piquant. Photo: iStock

Un spécialiste recommande aux gens de prendre des précautions pour se protéger des tiques tandis que ces insectes parfois porteurs de la maladie de Lyme poursuivent leur progression dans les Maritimes.

Les températures clémentes de l'automne ont aidé la population de tiques à se développer dans les Maritimes. En Nouvelle-Écosse, par exemple, plus de tiques ont été recensées pendant les mois d'octobre et de novembre qu'aux mois de juin et de juillet.

L'explosion de la population de tiques n’étonne pas Gaétan Moreau, professeur d'écologie des insectes à l'Université de Moncton.

Gaétan Moreau examine des échantillons dans son laboratoireLa tique va poursuivre sa progression au Nouveau-Brunswick, selon Gaétan Moreau, professeur d'écologie des insectes à l'Université de Moncton. Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

« Elle est installée depuis longtemps, la tique à pattes noires qui transmet la maladie de Lyme, au Nouveau-Brunswick. C'est juste que maintenant, les conditions deviennent plus favorables sur une échelle plus grande. Donc, elle va tranquillement pas vite coloniser le Nouveau-Brunswick et s'étendre plus vers le nord », explique Gaétan Moreau.

Des scientifiques recensent les tiques trouvées par le public et les vétérinaires depuis cinq ans. Pour l'instant, au Nouveau-Brunswick, ce sont encore les régions du sud, notamment celle de Saint-Jean, qui sont les plus touchées.

« Souvent, on parle de 24 heures avant qu'il y ait possibilité d'infection avec la maladie de Lyme, si dans ce cas on a des tiques qui sont porteuses », précise le professeur Moreau.

Une fois sous la peau, l’insecte porteur de la maladie de Lyme cause ses ravages : éruption cutanée, fatigue et douleur aux muscles.

Carte des Maritimes indiquant les lieux où des tiques ont été recenséesLa tique parfois porteuse de la maladie de Lyme progresse dans les Maritimes. Photo : Université Mount Allison

Changer les habitudes lors de promenades dans la nature

Les gens doivent changer leurs habitudes et vérifier s'il y a des tiques sur eux après une promenade en forêt, recommande Gaétan Moreau.

« Peut-être encore mettre de l'insecticide sur nos jambes. Puis, de vérifier en arrivant à la maison. C'est vraiment simple. On se passe les mains et on va le sentir », dit-il.

Il n'y a pas de retour en arrière à partir de maintenant. Le réchauffement global ne va pas diminuer d'intensité dans les prochaines années. Donc, on peut s'attendre à avoir de plus en plus de tiques.

Gaétan Moreau, professeur d'écologie des insectes à l'Université de Moncton

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick souhaite aussi sensibiliser la population à ce risque. Huit cas de maladie de Lyme ont été répertoriés dans la province l'année dernière. Il y en avait eu 11 en 2015.

On devrait connaître les données officielles pour l'été dernier dans quelques mois.

D’après un reportage de Pierre-Alexandre Bolduc

Nouveau-Brunswick

Santé publique