•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cuba : début du processus électoral qui mènera à la fin de l'ère Castro

Bureau de vote cubain
Un bureau de vote cubain, à La Havane Photo: Reuters / Alexandre Meneghini

Les Cubains étaient appelés à voter aux élections municipales dimanche. Il s'agit de la première d'une série d'élections devant mener à la désignation du successeur du président Raul Castro l'année prochaine.

Dès 7 h, de nombreux électeurs se sont massés devant les bureaux de vote dans les 12 515 circonscriptions du pays, pour faire acte de « réaffirmation révolutionnaire ». Le vote n'est pas obligatoire à Cuba, mais il est considéré comme un acte auquel il est délicat de se soustraire.

Un deuxième tour se tiendra le 3 décembre.

Aucun représentant provenant de l’opposition n'est parvenu à présenter sa candidature aux élections municipales cette année, et ce, à travers tout le pays.

Les trois petites organisations dissidentes qui ont tenté de participer au scrutin, en présentant près de 550 candidats, ont dénoncé des « pressions et manœuvres » des autorités visant à les écarter.

Ils ont entre autres déploré l'intervention de la police politique, qui a détenu des personnes qui allaient postuler, ainsi que sa présence « proactive » lors des comités de quartier chargés de désigner à main levée les candidats.

Lors des élections municipales de 2015, l'opposition était parvenue à faire valider deux candidats au profil discret, ce qui n’était pas arrivé depuis des dizaines d'années. Ils n’avaient toutefois pas été élus.

Les formations d'opposition sont interdites dans le système de parti unique en vigueur à Cuba, mais il n'existe aucun obstacle légal à la candidature de n'importe quel citoyen aux élections municipales. Cependant, même si le Parti communiste cubain ne présente officiellement pas de candidats, il supervise tout le processus.

Élection des députés en 2018

L'élection des conseillers municipaux survient au lendemain du premier anniversaire de la mort de Fidel Castro. Le vote a été retardé d'un mois en raison du passage de l'ouragan Irma, qui a fait 10 morts sur l'île et causé de nombreux dommages en septembre dernier.

Ce scrutin sera suivi en début d'année prochaine de l'élection des députés provinciaux et nationaux. Les députés de l’Assemblée nationale éliront ensuite le Conseil d'État, qui est chargé de désigner le président. Cette dernière étape devrait se produire probablement à la fin de février.

Ce sont les conseils municipaux qui décident en partie des candidatures à l’élection provinciale, le reste étant du ressort de « commissions des candidatures » composées de membres de la Centrale des travailleurs cubains, de la Fédération des femmes cubaines et des Comités de défense de la Révolution, trois organisations contrôlées par le Parti communiste.

Avec les commissions de candidatures, les délégués provinciaux choisissent de leur côté les candidats à l’élection nationale.

Le système électoral cubain, en vigueur depuis 1976, prévoit des élections municipales tous les deux ans et demi et l’élection des délégués provinciaux, des députés et des membres du Conseil d'État tous les cinq ans.

Quelques mois de plus pour Raul Castro

En poste depuis 2008, après un intérim de deux ans, le dirigeant Raul Castro, 86 ans, a déjà annoncé qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat.

C’est son premier vice-président et le numéro deux du gouvernement, Miguel Diaz-Canel, 57 ans, qui est pressenti pour lui succéder.

Avec les informations de Agence France-Presse, et RFI

Amériques

International