•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles drogues au Nouveau-Brunswick créent beaucoup d'inquiétude

Les policiers ont saisi 42 kilos de carfentanil.

Les policiers ont saisi 42 kilos de carfentanil.

Photo : Police régionale de Durham

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La croissance du marché des drogues illicites et dangereuses est alarmante, affirment des intervenants au Nouveau-Brunswick à la suite d'un décès lié au carfentanil.

Fentanyl, cocaïne, héroïne, amphétamines et maintenant le carfentanil. Ce dernier produit est un opioïde 10 000 fois plus puissant que la morphine.

« C'est une drogue mortelle, un mélange de substances, et ça peut créer des surdoses », affirme Randy Pirie, gestionnaire en traitement de la dépendance chez l’organisme Harvest House Atlantic.

Une autre drogue de synthèse, nommée ice, fait son apparition dans les rues du Nouveau-Brunswick. M. Pirie explique que ce petit cristal peut être fabriqué par n'importe qui, souvent dans une baignoire avec des ingrédients encore inconnus. À 10 $ la dose, la drogue ice est accessible et dévastatrice.

Surmonter la toxicomanie : un témoignage

Véritable problème de société, les dépendances de toute sorte touchent un grand nombre de personnes dans les provinces de l'Atlantique et dans le reste du Canada. Des efforts collectifs comme ceux déployés par le Harvest House, à Moncton, visent à combattre ce fléau.

« J'ai appris des valeurs, retrouvé qui je suis, mon potentiel. À travers le Harvest House, j'ai pu recommencer à travailler », affirme Sylvain Blanchette.

Sylvain Blanchette a connu des problèmes de consommation avant d'être admis dans le programme de lutte contre les dépendances.

J'ai recommencé à travailler. Les choses vont mieux avec mon épouse, au travail. C'est sûr qu'il y a toujours les combats quotidiens de la vie, mais il y a des outils pour passer à travers plutôt que la drogue et de l'alcool. Il y a d'autres solutions qui fonctionnent mieux à long terme.

Une citation de : Sylvain Blanchette

Après avoir réussi son programme, il a décidé à son tour d'aider son prochain en devenant intervenant. « Le monde souffre. Ils cherchent une solution. Ils vont avec ce qu'ils connaissent. Quand tu ne connais pas autre chose, tu te dis que cette fois-là, ça va être différent. »

Sylvain Blanchette en entrevue dans la rue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sylvain Blanchette a fait au complet le programme de traitement de la dépendance chez Harvest House à Moncton en 2009-2010. Il aide maintenant d'autres personnes à surmonter leurs dépendances.

Photo : Radio-Canada

Tandis que les stéréotypes demeurent très forts, le combat contre les dépendances est constant et difficile.

« C'est d'essayer de trouver cette confiance à l'intérieur de soi-même et d'être honnête. Je sais que je ne serai jamais un ingénieur civil, mais il y a des choses que je suis capable de faire. Et si je trouve du plaisir ou de la satisfaction dans ce que je peux faire, ça aide à remonter son estime de soi », ajoute M. Blanchette.

Il conclut qu'il y a toujours une possibilité d'avancement, et qu’il suffit de persévérer.

D’après un reportage de Gabriel Garon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !