•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cri du cœur d'un père contre l'intimidation chez les jeunes

Martin Dufour, père de Simon

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La mort d'un enfant est l'une des pires choses qui puissent arriver à un parent. C'est le drame que vit un couple de Longueuil depuis le suicide de leur fils Simon, âgé de 15 ans seulement, jeudi matin. Selon sa famille, des épisodes d'intimidation sur plusieurs années ont miné le moral de l'enfant.

Un texte de Pascal Robidas

Simon Dufour allait avoir 16 ans en décembre. Il ne soulignera jamais son anniversaire. Jeudi dernier, il a commis l'irréparable.

courtoisie de la famille DufourAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Simon Dufour

Photo : Radio-Canada

Ses parents, complètement dévastés, considèrent qu'il a été intimidé par les mêmes élèves de l'école primaire qui ont été admis par la suite à l'école secondaire du quartier.

« Ils se mettaient 7-8-9-10 [jeunes]... Ils le [Simon] traitaient de noms... Ça en était rendu un jeu... », affirme Martin Dufour, le père de Simon.

Martin Dufour s'est senti impuissant comme parent. Il affirme n'avoir jamais eu de suivi de la part de l'école secondaire, malgré ses signalements auprès de la direction.

Quand j'appelais à l'école, j'étais fâché parce que ça n'arrêtait pas. Il n'y en avait pas de suivi. On me disait : "Là, on ne peut rien vous dire; oui, il devrait y avoir des rencontres, on va rencontrer telle personne". C'était toujours "on va, on va... On va peut-être les rencontrer..." Mais sans aucune conséquence.

Martin Dufour, père de Simon

Un message Facebook viral

Samedi, Karine, la grande sœur de Simon, a dénoncé sur les réseaux sociaux les ravages de l'intimidation. Son message a été partagé plus de 18 000 fois entre les internautes.

Il faut trouver un moyen que ça cesse. Il faut que les écoles soient mieux outillées, plus encadrantes. On ne peut pas dire que c'est juste des jeunes qui s'écœurent, [que] c'est normal. Non, ce n'est pas normal.

Karine Dufour, sœur de Simon

Ressource d'aide en prévention du suicide

Si vous avez besoin d'aide pour vous ou pour un de vos proches, contactez le 1-866-APPELLE (277-3553) et votre appel sera acheminé à la ressource de votre région au Québec. Pour le reste du pays, consultez le site de l'Association canadienne pour la prévention du suicide (Nouvelle fenêtre).

Sa famille n'a rien vu venir

Dans les derniers mois, Simon avait amélioré ses résultats scolaires. Ses parents étaient encouragés.

Cette année, il s'était forcé. Il était bon à l'école. Il était souriant. On avait planifié plein d'affaires avec lui. Pis là, du jour au lendemain... comme ça...

Martin Dufour, père de Simon

L'Association québécoise de prévention du suicide appelle à la prudence avant d'associer trop rapidement l'intimidation au suicide, puisqu'il n'y a pas qu'une cause, mais un ensemble de facteurs derrière ce geste.

Pour les parents de Simon cependant, leur fils n'en pouvait plus de se faire humilier.

« Simon a atteint sa limite, il a décidé de ne pas en parler, parce qu'il était orgueilleux ou trop tough... Et il a décidé de passer à l'acte », estime Martin Dufour.

Enquête policière en cours

Le Service de police de l'Agglomération de Longueuil confirme que l'enquête entourant la mort de Simon Dufour s'est élargie jusqu'à l'école secondaire qu'il fréquentait. Des enquêteurs ont rencontré des membres du personnel.

Le Code criminel comprend des articles pour les cas de violence verbale, tels que le harcèlement. On n'écarte pas la possibilité de soumettre le dossier au Bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Pour joindre Pascal Robidas :
514-895-0158 ou pascal.robidas@radio-canada.ca

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Société