•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quarantaine d'arrestations après des manifestations à Québec

La police antiémeute a fait usage de gaz lacrymogène. Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau
Radio-Canada

Des groupes identitaires et des militants antiracistes ont manifesté dans les rues de Québec, samedi, en marge du congrès du Parti libéral du Québec (PLQ). Une quarantaine d'arrestations ont eu lieu, mais les autorités, qui dressent un bilan positif, ne rapportent aucun blessé ni bris matériel.

Les groupes Storm Alliance et La Meute ont manifesté près de la colline Parlementaire contre les « politiques du gouvernement Couillard », tandis que des militants antifascistes manifestaient contre « le racisme et l’exclusion ».

Les autorités estiment qu'environ 1000 personnes ont pris part aux rassemblements.

Vêtus de leur équipement antiémeute, les policiers ont refoulé les contre-manifestants se réclamant de l'antifascisme vers le parc des Plaines d'Abraham. Ils ont parfois fait usage d'irritants chimiques. Les tensions étaient vives entre les représentants de l'ordre et ce groupe.

Une quarantaine de personnes arrêtées

Un policier procède à l'arrestation d'un manifestant.La police a effectué une vingtaine d'arrestations dans le cadre des manifestations. Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Vers 13 h, 21 personnes ont été arrêtées. Des déguisements et des armes blanches ont été saisis. « Un groupe d'individus s'apprêtait à joindre une manifestation et était sur le point de commettre des infractions criminelles », a indiqué le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) sur Twitter.

Un deuxième groupe formé d'une vingtaine de personnes a ensuite été arrêté près de l'Assemblée nationale. « C’est un groupe qui avait eu plusieurs avis de dispersions, ils tentaient toujours de revenir », a précisé le responsable du soutien aux opérations pour le SPVQ, André Turcotte, lors d'un point de presse.

Au total, 44 personnes ont été arrêtées. Elles pourraient faire face à des accusations de complot pour attroupement illégal et de port de déguisement dans un dessein dangereux.

Toutefois, les autorités n'étaient pas encore en mesure de préciser à quel groupe appartenaient les personnes arrêtées.

Un bilan positif

Des policiers antiémeute surveillent des manifestants.Des contre-manifestants sont face à face à des policiers antiémeute. Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Les policiers de Québec étaient sur un pied d'alerte et voulaient éviter la violence survenue le 20 août dernier, lors d'un rendez-vous semblable entre les deux groupes. « On est entièrement satisfait, l’objectif, c’était d’éviter toute confrontation », a souligné André Turcotte.

On peut assurément affirmer que nos policiers ont fait un travail exemplaire.

André Turcotte, responsable du soutien aux opérations pour le SPVQ

Il a indiqué avoir parlé régulièrement avec les militants de La Meute afin de planifier les manifestations. « Ils nous mentionnaient leurs intentions, où est-ce qu'ils voulaient aller, leur trajet, on a eu des échanges régulièrement et c'est souvent ce qu'on fait avec nos différents groupes de manifestants », a-t-il ajouté.

Pour ce qui des contre-manifestants, il a affirmé que le SPVQ avait été informé qu'ils se rassemblaient près de la colline du Parlement. « Mais on n'a pas eu le même genre de discussions », a-t-il admis.

Des policiers préparés, dit le ministre de la Sécurité publique

Des policiers enfilent des masques à gaz devant des manifestants.Des policiers enfilent des masques à gaz lors des manifestations tenues samedi à Québec. Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Peu de temps avant la fin des manifestations, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a déclaré que le Service de police de la Ville de Québec et la Sûreté du Québec s'étaient coordonnés et qu'ils étaient bien préparés.

« Il n’y a aucun problème à ce que les gens manifestent de façon pacifique, mais lorsqu’ils commettent des gestes qui nécessitent d’intervenir, on intervient sans hésiter », a-t-il dit alors qu'il se trouvait avec les membres du PLQ au Centre des congrès de Québec.

Peu importe les idées, ce qui est important, c’est de défendre ses idées – et dans le respect des personnes et des lois.

Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique

Un message au PLQ

Le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouilette, a aussi dressé un bilan positif de la manifestation. « Les gens veulent vraiment se mobiliser contre le gouvernement libéral, et on veut des changements à Québec. Et malgré la mauvaise température, de voir autant de personnes dans la rue, je pense que le gouvernement doit entendre le message – et les partis de l’opposition aussi », a-t-il dit.

Le gouvernement voulait faire une commission sur le racisme systémique et prétendait que le peuple québécois était raciste. C’est le gouvernement qui est raciste envers sa propre nation.

Sylvain Brouilette, porte-parole de La Meute

Les contre-manifestants, de leur côté, voulaient « combattre le discours toxique de La Meute et la montée de ce discours-là », a précisé un militant antiraciste, ajoutant aussi vouloir faire « passer un message d’inclusion envers les personnes qui pourraient se sentir visées par La Meute et Storm Alliance ».

« La montée de l’extrême droite est un fléau qui est très préoccupant. Il faut se rappeler qu’ici même à Québec, six musulmans ont été assassinés dans leur lieu de culte en janvier dernier. Il faut s’opposer au climat de racisme qui a mené à cet évènement », a déclaré par voie de communiqué le porte-parole du rassemblement CO25, Simon Pouliot.

Le groupe a déploré le rôle joué par le SPVQ. « Clairement, la police de Québec a décidé de livrer bataille pour et à la place de Storm Alliance et La Meute, leur permettant d'avoir accès au Parlement. Jamais une telle chose n’aurait été possible sans l’intervention du SPVQ étant donné la présence des antiracistes et antifascistes sur les lieux », a-t-il dénoncé.

Chargement de l’image
Des membres du groupe de droite Storm Alliance participaient à la manifestation. Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Commentaires des libéraux

Réunis en congrès à Québec, plusieurs élus libéraux ont commenté les manifestations avant qu'elles ne commencent.

« Je ne leur donnerai pas plus d'attention qu'ils ne le méritent », avait lancé le premier ministre Philippe Couillard au sujet des manifestants.

« Quand on accepte de vivre en démocratie, on accepte que toutes les idées s'expriment dans une société. On peut être en total désaccord, et je suis en total désaccord avec ce qu'ils expriment », avait ajouté le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau.

« Tout le monde a le droit d'exprimer son point de vue. Ce n'est pas ça le problème. On verra bien la suite des choses », avait pour sa part affirmé le ministre des Finances, Carlos Leitão.

Avec les informations de La Presse canadienne

Québec

Nouveaux arrivants