•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Bibliothèque publique d'Ottawa annule la projection d’un film jugé islamophobe

La façade de la Bibliothèque publique d'Ottawa au croisement de la rue Metcalfe et de l'avenue Laurier ouest.

La Bibliothèque publique d'Ottawa a finalement annulé la projection d'un film anti-islam.

Photo : Radio-Canada / Danny Globerman/CBC

Radio-Canada

La projection d'un documentaire jugé islamophobe à la succursale principale de la Bibliothèque publique d'Ottawa (BPO) a été annulée à la suite d'une campagne de courriers électroniques menée par des résidents. Ces derniers ont affirmé que ce documentaire violait les politiques de la bibliothèque sur le discours de haine.

Une manifestation organisée par Ottawa Against Fascism avait lieu devant la succursale de BPO au 120, rue Metcalfe, samedi, malgré l'annulation de la projection.

« On veut empêcher ce genre d’événement là de se passer, parce que ça fait juste encourager les racistes à augmenter encore plus leur violence, leurs attaques physiques et leur harcèlement envers les musulmans et d’autres minorités », a déclaré Steve Bégin, membre d'Ottawa Against Fascism, lors de la manifestation qui regroupait une vingtaine de personnes.

Un jeune femme avec un mégaphone prend la parole devant des militants tenant des bannières avec des slogans anti-fascites. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La manifestation de samedi regroupait environ une vingtaine de personnes.

Photo : Radio-Canada

Un espace situé dans la succursale principale de la BPO avait été réservé par le groupe AGISSONS! pour le Canada (ACT! for Canada) pour la projection du documentaire américain Killing Europe de Michael Hansen. Cette dernière devait avoir lieu le samedi après-midi. La page Facebook du groupe dit qu'il a pour but de parler « contre la montée de l'islamisme ».

La bande-annonce du documentaire comprend des entrevues avec des commentateurs de droite, une rhétorique anti-immigration et de violentes images.

Catherine McKenney, conseillère municipale du quartier Somerset et membre du conseil d'administration d'une bibliothèque, a fait part de ses inquiétudes concernant le film après avoir été contactée par des résidents.

« Si vous regardez le contenu de ce qui allait être montré, cela va vraiment à l'encontre de notre politique », a-t-elle soutenu.

Selon le règlement de la Bibliothèque publique d'Ottawa, la bibliothèque n'accordera pas d'espace « à un individu ou à un groupe qui soutient ou promeut des opinions, des idées ou des présentations qui favorisent [...] la discrimination, le mépris ou la haine envers toute personne fondée sur la race, l'origine nationale ou ethnique [ou] religieux. »

Nous ne louerons pas d'espaces communs à des groupes qui favorisent la discrimination contre les autres et cette projection contrevenait clairement à cela.

Catherine McKenney, conseillère municipale de la Ville d'Ottawa

Un des militants à avoir organisé la campagne contre l'événement, Fareed Khan, a souligné que l'espace public ne devrait jamais être utilisé pour promouvoir la haine.

« Ce sont des installations financées par les contribuables et elles doivent représenter toute la communauté », a-t-il déclaré.

Les groupes qui propagent la haine contre un groupe identifiable ne devraient jamais être autorisés à utiliser les équipements publics.

Fareed Khan, militant
Le militant musulman Fareed Khan devant la bibliothèque publique au centre-ville d'OttawaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le militant musulman Fareed Khan.

Photo : Radio-Canada

Fareed Khan s'est dit préoccupé par le fait que les responsables de la bibliothèque aient tout d'abord accepté que cette projection ait lieu.

« À l'avenir, j'espère que les gens qui acceptent les groupes qui s'adressent aux installations offertes la Ville fassent leurs recherches », a-t-il dit.

La bibliothèque au fait du contenu du film, selon AGISSONS! pour le Canada

Selon Alexandra Belair, du groupe AGISSONS! pour le Canada, la BPO connaissait le contenu du documentaire.

« C'est seulement la pression de groupes comme les Antifas et d'autres organisations contre les droits humains qui a forcé l'annulation de projection », a estimé Mme Belair samedi.

Mme Belair a argué que le film ne vise pas à dénoncer tous les musulmans, mais des groupes spécifiques qui auraient fait des victimes de violence, de misogynie, d'antisémitisme et d'homophobie en Europe.

Alexandra Belair, du groupe AGISSONS! pour le Canada, devant la bibliothèque au centre-ville d'Ottawa où se déroule une manifestation anti-fasciste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alexandra Belair, du groupe AGISSONS! pour le Canada, estime que BPO était au courant du coutenu du film Killing Europe bien avant l'annulation de la projection.

Photo : Radio-Canada

Revoir le règlement?

La conseillère McKenney a déclaré qu'elle aborderait le problème avec le conseil d'administration de la bibliothèque. Elle a aussi suggéré de revoir la politique de la bibliothèque.

« Nous devons avoir une politique précise en matière de réservation de salles », a-t-elle poursuivi. « La montée de l'intolérance se fait sentir ici aussi, et pas seulement au sud de la frontière. Nous devons prendre position contre ce type de contenu haineux et intolérant. »

Des centaines de citoyens, selon M. Khan, ont participé à la campagne pour annuler la projection du documentaire, en envoyant des courriels aux conseillers municipaux, à la direction de la BPO et au bureau du maire d'Ottawa dans le but d'attirer l'attention sur la nature de l'événement.

Avec les informations de CBC et Florence Ngué-No

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Culture