•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gisement Bourque : l’annonce Pieridae ne suscite pas de grosses réactions

Positionnement du gisement Bourque de Pétrolia

Positionnement du gisement Bourque de Pétrolia

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'annonce de l'entreprise Pieridae Energy, selon laquelle le volume potentiel de pétrole dans le gisement de Bourque, en Gaspésie, serait évalué à 827 millions de barils, ne suscite pas de fortes réactions pour le moment.

Un texte de Brigitte Dubé, avec les informations d'Isabelle Damphousse

Pour le maire de Gaspé et préfet de la MRC Côte-de-Gaspé, Daniel Côté, ce n’est pas une grande surprise. « On demeure toujours dans l’exploratoire et on avance un peu à tâtons. Les données changent continuellement d’un test à l’autre », commente-t-il.

Selon Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal, l’annonce de Pieridea est une mise à jour de l'entreprise qui est à la recherche de capitaux pour mener à terme son projet d'exploration.

Les compagnies qui font de l’exploration aiment faire des annonces de ce type-là parce qu’elles veulent frapper l’imaginaire des investisseurs pour pouvoir attirer des capitaux.

Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal

« Mais, ajoute-t-il, il y a loin de la coupe aux lèvres avant de pouvoir savoir comment on pourra extraire ce pétrole. »

Pieridea, qui a fait l'acquisition du gisement lorsqu'elle a fusionné avec l'entreprise Pétrolia cet automne, dit ne pas savoir combien de barils de pétrole elle pourra récupérer du gisement avec les techniques d'extraction pétrolière actuelles.

« L'entreprise ne pourrait extraire qu'un maximum de 50 % du potentiel pétrolier, au mieux, estime Pierre-Olivier Pineau. C’est prématuré de l’évaluer pour le moment ».

Exploitation pétrolière en GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Exploitation pétrolière en Gaspésie

Photo : ICI Radio-Canada

Selon le professeur, la prochaine étape pour la société d'exploration sera d'effectuer des forages exploratoires qui lui permettront d'en apprendre plus sur le potentiel du gisement.

Le pétrole plus attrayant que le gaz naturel

Au début, l’intérêt était centré vers le gaz naturel, mais M. Pineau indique que le pétrole reste plus attrayant en termes de prix. « Mais, tout reste à confirmer avec les quantités qu’on pourra extraire, considère-t-il. C’est certain que le pétrole est beaucoup plus facile à valoriser que le gaz naturel à court terme parce que le gaz se transporte beaucoup moins bien. »

Selon M. Pineau, Pieridea a la capacité financière de mener l'exploration pétrolière et gazière au gisement de Bourque. « S’ils ont acheté Pétrolia, c’est parce qu’ils ont une solidité qui leur permet d’envisager l’avenir avec une certaine sérénité », juge-t-il.

Le professeur estime que l’exploitation pétrolière pourrait être une bonne chose pour l’économie québécoise.

« Ce serait rentable de pouvoir produire une fraction de ce que nous consommons. En Gaspésie, où l’économie est très dynamique, mais quand même moins prospère que dans le reste du Québec, cette activité demeure intéressante si elle se fait dans le respect de la réglementation environnementale », souligne M. Pineau.

Interpellé au sujet de l’annonce de Pieridae, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a indiqué par courriel que le rapport démontre que le projet contient plus de pétrole que prévu, mais contient suffisamment de gaz associé pour alimenter le projet pilote de livraison de gaz sur la Côte-Nord.

« Tout développement éventuel des ressources naturelles doit se faire dans le respect de l’environnement et cela, de façon ordonnée, en fonction d’un plan réfléchi en respectant les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre établies par le gouvernement », écrit-il.

« La loi sur les hydrocarbures que nous avons adoptée est l’une des plus sévères au monde, et nous allons nous assurer d’un encadrement rigoureux. Les principes sur lesquels il repose sont l’acceptabilité sociale, la sécurité et la précaution », assure le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie pétrolière