•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Star Wars Battlefront II, un casino virtuel pour enfants?

Une capture d'écran du jeu vidéo <i>Star Wars Battlefront II</i> montrant une bataille spatiale entre de nombreux vaisseaux de différentes tailles.

Le jeu vidéo Star Wars Battlefront II est montré du doigt pour son utilisation abondante de coffres à butin (loot boxes).

Photo : Electronic Arts

Radio-Canada

Payeriez-vous 2100 $ US pour un jeu vidéo? C'est le montant que doivent débourser les joueurs de Star Wars Battlefront II qui ne souhaitent pas passer les six prochains mois à jouer pour débloquer tout le contenu caché. Une pratique qualifiée de prédatrice et comparée à un casino en ligne par un représentant américain. Zoom sur le phénomène des coffres à butin (loot boxes).

Le dernier opus vidéoludique de la série Star Wars a fait couler beaucoup d’encre en raison des pratiques douteuses de son éditeur, Electronic Arts. Dans ce jeu, les joueurs peuvent obtenir des coffres contenant certains pouvoirs spéciaux qui leur offrent un avantage significatif sur les autres. De plus, les personnages emblématiques de Darth Vader et de Luke Skywalker doivent chacun être débloqués en jouant environ 40 heures ou en payant un montant d’argent véritable.

Un blogue spécialisé, Star Wars Gaming, a même calculé qu’il fallait environ 4528 heures de jeu (ou 2100 $ US) (Nouvelle fenêtre) pour débloquer l’intégralité du contenu du jeu. Star Wars Battlefront II est pourtant affiché à 79,99 $ CA en magasin.

Une capture d'écran du jeu Star Wars Battlefront II montrant le personnage de Darth Vader et deux soldats Stormtroopers en train de marcher vers la caméra.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le personnage de Darth Vader devait être débloqué en jouant environ 40 heures au jeu ou en déboursant de l'argent véritable, avant qu'Electronic Arts ne fasse marche arrière.

Photo : Electronic Arts

Le mécontentement de la communauté des joueurs autour de ce jeu est tel qu’il est arrivé jusqu’aux oreilles de Chris Lee, représentant démocrate de l’État d’Hawaii à la Chambre des représentants. Dans une déclaration vidéo accessible sur YouTube (Nouvelle fenêtre), le politicien a condamné les pratiques prédatrices utilisées dans certains jeux vidéo en montrant du doigt Star Wars Battlefront II.

« Nous voulons protéger les enfants, la jeunesse et la population en général des pratiques prédatrices dans les jeux en ligne et des conséquences significatives qu’elles peuvent avoir sur les familles », a-t-il déclaré.

Qu’est-ce qu’un coffre à butin?

Les coffres à butin sont de plus en plus utilisés par les concepteurs de jeux vidéo pour rentabiliser leurs jeux. Ces coffres virtuels récompensent parfois gratuitement un joueur pour ses efforts ou son temps de jeu, mais ils sont plus souvent vendus pour de l’argent réel.

Ils contiennent généralement des éléments esthétiques choisis de manière aléatoire qui n’ont pas d’influence sur le jeu et que les joueurs peuvent utiliser pour déguiser leur personnage ou pour modifier l’apparence de l’interface. Dans certains cas, ils offrent également un avantage dans le jeu, un phénomène controversé qu’on appelle la victoire payante (pay to win).

Une réponse qui ne passe pas

Un porte-parole d’Electronic Arts, qui répondait sur Reddit aux critiques de joueurs frustrés (Nouvelle fenêtre), a affirmé que cette pratique visait à leur donner un sentiment de fierté lorsqu’ils débloquent un personnage convoité.

Son commentaire est rapidement devenu le moins apprécié de l’histoire du réseau social, récoltant 674 000 votes négatifs, loin devant le deuxième, qui avait en avait cumulé 23 500.

Quatre jours plus tard, à la veille du lancement de Star Wars Battlefront II, Electronic Arts a annoncé sur son site web (Nouvelle fenêtre) qu’elle avait désactivé temporairement l'option d'achat de coffres à butin dans le jeu.

Un cas loin d’être isolé

La réaction forte des internautes sur Reddit est en partie attribuée au problème dans son ensemble, et non seulement à la réponse d’Electronic Arts. Alors que les coffres à butin étaient traditionnellement utilisés pour rentabiliser des jeux vidéo mobiles gratuits ou presque, ils apparaissent de plus en plus souvent dans les jeux grand public - les jeux AAA - qui se vendent beaucoup plus cher.

C’est le cas de Middle-earth: Shadow of War, conçu par Warner Bros. Interactive Entertainment, qui force le joueur à faire progresser son personnage pendant de nombreuses heures pour accéder à la fin du jeu, à moins d’acheter des coffres pour obtenir de puissantes armes qui rendent le segment plus facile.

Une capture d'écran du jeu <i>Middle-earth: Shadow of War</i> montrant un guerrier médiéval en armure sur le dos d'un dragon qui crache des flammes sur un groupe d'orques.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le jeu vidéo Middle-earth: Shadow of War souffre d'un problème similaire à celui de Star Wars Battlefront II.

Photo : Warner Bros. Interactive Entertainment

Les coffres à butin ont aussi des effets indésirables et imprévus pour les concepteurs de certains jeux. Dans PlayerUnknown’s Battlegrounds, le jeu qui compte actuellement le plus de joueurs actifs sur la plateforme Steam (Nouvelle fenêtre), les surprises contenues dans les coffres sont uniquement esthétiques et n’apportent pas d’avantages aux joueurs. Elles peuvent toutefois être revendues sur le marché en ligne de Steam.

Comme les récompenses les plus rares valent des centaines de dollars, certains joueurs ont flairé la bonne affaire et ont programmé des robots pour se connecter automatiquement à des parties dans le but d’obtenir des points virtuels échangeables contre des coffres. Ces armées de robots, dont les personnages restent immobiles dans les parties en ligne, sont considérées comme l’un des problèmes majeurs de ce jeu populaire.

Une législation qui se fait attendre

L’exaspération des joueurs, combinée à l’attention médiatique entourant le lancement de Star Wars Battlefront II, a attiré l’attention des autorités de certains pays.

Le représentant américain Chris Lee n’a fait qu’ajouter sa voix à celles de la Commission des Jeux de hasard belge (CJH), de l’Autorité de régulation des jeux en ligne de France (ARJEL) et de la Victorian Commission for Gambling and Liquor Regulation (les équivalents français et australien de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec [RACJ]).

Contactée par Radio-Canada, la RACJ a affirmé avoir récemment été mise au courant de ce dossier, mais que son équipe juridique n’avait pas encore déterminé s’il était de sa compétence.

Une capture d'écran du jeu <i>Star Wars Battlefront II</i> montrant le personnage de Boba Fett en avant-plan, avec des soldats en action derrière lui.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le mécontentement des joueurs envers Star Wars Battlefront II est symptomatique d'un problème plus large qui touche toute l'industrie des jeux vidéo.

Photo : Electronic Arts

En Europe, alors que la CJH n’a pas encore statué sur le sujet en Belgique, l’ARJEL s’est dite préoccupée par ce phénomène. « Il tend en effet à introduire dans cette activité ludique ouverte à tous une dimension financière qui [...] présente des risques pour nos concitoyens, et notamment pour les plus jeunes », écrit Charles Coppolani, président de l’ARJEL, dans une lettre adressée au sénateur français Jérôme Durain (Nouvelle fenêtre). « Ces risques sont très proches de ceux qui caractérisent la dépendance aux jeux d’argent. »

La commission australienne a, de son côté, recommandé au gouvernement de légiférer pour faire en sorte que les coffres à butin soient considérés comme un jeu de hasard.

En Amérique du Nord, l’Entertainment Software Rating Board (ESRB), qui est responsable de classer les jeux vidéo par groupe d’âge pour tout le continent, a pour sa part déclaré que les coffres à butin ne constituaient pas un jeu de hasard. À ses yeux, le fait qu’un acheteur de coffre soit systématiquement récompensé (par opposition à un véritable jeu de hasard qui peut faire perdre de l’argent) va à l’encontre de cette définition.

L’ESRB a attribué la cote T à Star Wars Battlefront II (Nouvelle fenêtre), qui correspond à un jeu approprié pour les personnes de 13 ans et plus.

Avec les informations de RTBF, The Telegraph, The Washington Post, Le Figaro, PC Gamer, et Kotaku

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux vidéo

Techno