•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le golfe du Saint-Laurent, nouveau paradis du homard?

Gros plan sur un bac rempli de homards
Homards pêchés dans les eaux du golfe du Saint-Laurent Photo: Radio-Canada / Stéphane Gravel
Radio-Canada

Le réchauffement des eaux favoriserait la remontée du homard de la côte est américaine vers le Canada. Le golfe du Saint-Laurent deviendra-t-il le nouveau paradis de ce crustacé?

Un texte de Gilbert Bégin, de La semaine verte

L’île d’Anticosti n’a jamais été réputée pour la qualité de sa pêche aux homards. Mais depuis quelques années, les pêcheurs qui s’aventurent dans ce secteur font des affaires d’or. Pour une poignée de pêcheurs de la Gaspésie, de la Basse-Côte-Nord et des Îles-de-la-Madeleine, Anticosti est devenue une île au trésor.

Gilles Bénard et son frère Ghislain ont acquis deux permis de pêche à Anticosti il y a sept ans. Depuis, ils battent chaque année de nouveaux records de capture.

« On prend trois fois plus de homards à Anticosti qu’aux Îles-de-la-Madeleine », confie Gilles Bénard, un pêcheur originaire de Grande-Entrée.

On voit un homme qui tient un homard en gros plan, sur un bateau de pêche.Les pêcheurs profitent de l'abondance historique de homards dans le golfe du Saint-Laurent. Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

Les statistiques de Pêches et Océans Canada ne mentent pas. L’île d'Anticosti est bel et bien en train de devenir le nouvel eldorado de la pêche au homard. Les homardiers qui pêchent à cet endroit capturent en moyenne quatre fois plus de homards qu’il y a 10 ans.

« On se demande encore comment notre écosystème peut supporter une telle quantité de homards », témoigne pour sa part le maire de l’île d’Anticosti, John Pineault, un ancien pêcheur.

La nouvelle limite nordique

Il n’y a jamais eu autant de homards depuis que les scientifiques mesurent l’abondance du crustacé en eaux canadiennes. Pas seulement à Anticosti, mais partout dans le golfe.

Ce qui surprend toutefois les chercheurs, c’est que l’espèce soit maintenant rendue si loin au nord.

Tout se passe comme si [l'espèce] était en train de repousser sa propre limite nordique.

Rémy Rochette, chercheur à l’Université du Nouveau-Brunswick

« Anticosti est un bon exemple. On retrouve même de bonnes abondances à Blanc-Sablon, sur la Basse-Côte-Nord. C’est du jamais-vu », explique Rémy Rochette, chercheur à l'Université du Nouveau-Brunswick.

On voit de côté deux pêcheurs qui remontent des cages à homard sur leur bateau.Pêche aux homards dans le golfe du Saint-Laurent Photo : Radio-Canada / Gilbert Bégin

Les raisons qui expliquent cette remontée sont multiples. Mais de plus en plus de chercheurs confirment que le réchauffement des eaux du golfe pourrait jouer en faveur du crustacé.

Le homard n'effectue pas littéralement sa remontée en « marchant » sur le fond marin de la Nouvelle-Angleterre vers le Canada, explique toutefois Rémy Rochette. Le phénomène passe plutôt par les larves.

Au moment de la reproduction, les larves de homard sont dispersées un peu partout par les courants marins. Toutefois, le nord du golfe était jusqu'ici trop froid pour que survivent ces jeunes homards.

« Tout ce secteur est maintenant un habitat de choix pour l’espèce », confirme Rémy Rochette.

On voit en gros plan un larve de homard.Une larve de homard Photo : Pêches et Océans Canada

Une pêche anéantie

Des biologistes affirment que c’est aux limites de la distribution d’une espèce qu’on voit poindre les grandes tendances démographiques.

S’il y a un baby-boom du homard au nord, qu’en est-il plus au sud, dans les États de la Nouvelle-Angleterre?

Au Connecticut et au Rhode Island, les homardiers se souviennent des conséquences catastrophiques du réchauffement des eaux à cet endroit.

Il y a 15 ans, une bactérie a causé l’apparition soudaine de la terrible maladie de la carapace. Elle a complètement décimé la pêche aux homards de tout ce secteur.

« Ces États sont à la limite sud de la distribution du homard », précise Richard Wahle, grand spécialiste de ce crustacé aux États-Unis. « On sait aujourd’hui que c’est le réchauffement des eaux qui a favorisé l’apparition de cette maladie », poursuit le chercheur.

On voit en gros plan des cages à homard vides, empilées.Des casiers à homard Photo : Radio-Canada / Stéphane Gravel

Maine : un drame en profondeur

Richard Wahle est inquiet quant à l’avenir de ce crustacé au Maine. Cet État conserve pour l’instant son titre de paradis du homard. Mais pour combien de temps?

Une étude publiée dans la revue Science en 2015 confirme que les eaux du golfe du Maine se réchauffent plus rapidement qu’ailleurs. Ce réchauffement pourrait affecter les larves de homard.

Richard Wahle est connu pour avoir mis sur pied le plus important recensement de larves sur les pouponnières à homards aux États-Unis.

Nos études montrent un déclin constant du nombre de larves. On ne connaît pas encore les raisons exactes, mais le réchauffement des eaux pourrait jouer un rôle important.

Richard Wahle, biologiste expert du homard à l'Université du Maine

Le recensement des larves sert à prédire le succès de la pêche. Une larve met sept ans à se développer et à atteindre une taille commerciale.

Ce que voit le chercheur relativement aux pouponnières n’augure rien de bon pour l’avenir de cette pêche au Maine. « Un déclin des pêches serait vraiment une catastrophe pour l’économie du Maine », affirme Richard Wahle.

Les scientifiques prévoient que les eaux de l’Atlantique continueront de se réchauffer. Le homard américain n’a peut-être pas fini d’étendre son habitat vers les eaux froides du Canada.

Environnement