•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commissaire aux langues officielles : réactions partagées à la nomination de Raymond Théberge

Raymond Théberge dans son bureau

Le recteur de l'Université de Moncton, Raymond Théberge

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La décision du gouvernement Trudeau de choisir le Franco-Manitobain Raymond Théberge pour devenir le prochain commissaire aux langues officielles est applaudie au sein de la francophonie manitobaine.

L'ancienne sénatrice du Manitoba, aujourd'hui à la retraite, Maria Chaput ne tarit pas d'éloges à l'égard de Raymond Théberge.

« Je crois qu'Ottawa a fait un bon choix », estime la Franco-Manitobaine, qui se dit certaine qu'« il saura très bien représenter les francophones du pays ».

François Lentz a travaillé avec Raymond Théberge au Bureau de l'éducation française du Manitoba (BEF) avant que leurs destins ne recroisent au Collège universitaire de Saint-Boniface.

« C'est quelqu'un qui a une sensibilité, et je crois, dans son cas, qu'elle est très forte, pour le vécu linguistique des minorités », indique François Lentz.

Pour Ibrahima Diallo, qui a fréquenté Raymond Théberge au Collège universitaire de Saint-Boniface, devenu depuis l'Université de Saint-Boniface, ce vécu lui sera utile dans son travail.

« Parce qu'être commissaire aux langues officielles, ce n'est pas juste protéger les francophones,; vous êtes là pour les deux langues officielles », souligne-t-il.

Il reste que le choix de Raymond Théberge ne fait pas que des heureux. C'est notamment le cas de l'ex-député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin.

« On dirait que les libéraux ont une maladie. Ils ne peuvent pas se passer de ça de nommer des amis », glisse-t-il, avec un brin de sarcasme.

Une thèse que réfute pourtant le politologue, Raymond Hébert.

« Ce n'est pas du tout comparable à la nomination de Madeleine Meilleur, qui avait été ministre libérale pendant plusieurs années. M. Théberge n'a jamais fait de politique active de cette façon-là », rappelle Raymond Hébert.

La nomination de Mme Meilleur avait suscité beaucoup de critiques, ce qui l'avait poussée à se retirer du poste.

Le poste de commissaire aux langues officielles est occupé par Ghislaine Saikaley à titre de commissaire aux langues officielles par intérim, qui restera à la tête de l’organisation jusqu’au 17 décembre 2017 ou jusqu’à ce que le gouvernement nomme une nouvelle personne au poste de commissaire aux langues officielles.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte indiquait à tort que le poste de commissaire aux langues officielles était vacant depuis le départ de Graham Fraser, il y a près d'un an. Ce poste est occupé par Ghislaine Saikaley à titre de commissaire aux langues officielles par intérim.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie