•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services policiers à Nipissing Ouest : l’argent n’est pas tout

Les gyrophares d'une voiture de police

Les gyrophares d'une voiture de police

Photo : Radio-Canada / Danny Gosselin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La possibilité de remplacer la police municipale de Nipissing Ouest par un détachement de la Police provinciale de l'Ontario (PPO) inquiète certains résidents, qui trouvent que le conseil municipal veut aller trop vite dans ce dossier.

Un texte de Pascale Bréniel et Mathieu Grégoire

Près de 120 personnes ont assisté à une assemblée publique organisée mercredi soir par le conseil. Celui-ci a reçu l'évaluation des coûts de la Police provinciale à la mi-novembre et prévoit prendre une décision le 5 décembre.

Une assemblée publiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Près de 120 personnes ont répondu à l'invitation du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

La Ville estime pouvoir économiser près de 200 000 $ par année, à partir de 2022, si elle abolit son service de police. Les économies pourraient devenir plus substantielles au fil des ans.

Des personnes présentes à la réunion estiment que le conseil devrait consulter davantage la population avant de prendre une décision.

Lise Sénécal réclame même un référendum sur la question. « Le conseil a été élu pour représenter la population, reconnaît-elle, mais là-dessus, il faut laisser les électeurs décider si c'est [la PPO] ou la police municipale. »

Ceux qui se sont exprimés au micro sont satisfaits des services actuels et notent que les policiers sont actifs au sein de la communauté, ce qui est une valeur importante.

D’autres rappellent qu’il faut que certains policiers soient bilingues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !