•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autochtones et services publics: un anthropologue propose une instance permanente

L'anthropologue Pierre Trudel propose que le gouvernement du Québec crée une instance permanente sur les relations entre les Autochtones et les services publics.

L'anthropologue Pierre Trudel propose que le gouvernement du Québec crée une instance permanente sur les relations entre les Autochtones et les services publics.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Radio-Canada

L'anthropologue Pierre Trudel propose que le gouvernement du Québec crée une instance permanente sur les relations entre les Autochtones et les services publics.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Il a soumis cette recommandation mercredi, lors de son témoignage devant la commission d'enquête Écoute, réconciliation et progrès à Val-d'Or.

Une telle instance éviterait des crises, considère Pierre Trudel, comme celle déclenchée à Val-d'Or, il y a deux ans, lorsque des femmes autochtones ont affirmé avoir subi de mauvais traitements de la part de policiers.

Elle pourrait aussi veiller au respect des ententes et traités signés entre le gouvernement et les nations. Selon Pierre Trudel, malgré l'existence de tels textes, le rapport de force entre les Autochtones et le gouvernement est trop démesuré.

Ce que je propose, c'est que cette instance supérieure fasse des bilans annuels sur nos services publics, qu'elle fasse des suivis et qu'elle soit bilatérale, que des Autochtones y participent activement

Pierre Trudel, enseignant à l'Université du Québec à Montréal

Le chercheur a aussi souligné que sa recommandation va dans le sens des 15 principes concernant le statut et les droits des Autochtones adoptés par le gouvernement du Québec en 1983. Elle rejoindrait également le rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones, en 1996, une commission qui avait justement pour mandat des propositions pour améliorer les rapports entre les peuples autochtones, le gouvernement du Canada et la société canadienne dans son ensemble.

Formations dans les services publics

Au lendemain de la crise d'Oka, en 1990, Pierre Trudel a sensibilisé des fonctionnaires fédéraux sur l'histoire des Premières Nations.

De telles formations sont toujours nécessaires aujourd'hui selon lui.

« On doit examiner les services publics non pas en mettant la main sur quelqu'un qui est raciste, mais en réexaminant les pratiques, à savoir si elles ont un effet discriminatoire, même s'il n'y a pas eu d'intention », considère-t-il.

Abitibi–Témiscamingue

Société