•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des avertissements de risques de cancer sur les bouteilles d'alcool au Yukon

autocollants sur les bouteilles

Les nouveaux avertissements attribuent à la consommation d'alcool des risques de cancer.

Photo : Gouvernement du Yukon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Yukon a commencé à apposer sur ses bouteilles d'alcool des étiquettes autocollantes pour tenter de sensibiliser les habitants du territoire aux risques associés à la consommation excessive d'alcool.

Le territoire est le premier au pays à tester ces avertissements, qui serviront à alimenter la discussion dans le reste du pays sur la nécessité d'utiliser l'étiquetage sur l'alcool, comme cela se fait déjà pour le tabac.

Une première étiquette indique clairement le lien entre la consommation d'alcool et le risque d'avoir un cancer. Une seconde étiquette indique le nombre de verres maximum recommandé pour les hommes et les femmes.

Le ministre responsable de la Société des alcools du Yukon, John Streicker, affirme que depuis 25 ans, le Yukon utilise des autocollants pour souligner les risques associés à la consommation d'alcool pendant la grossesse sans toutefois savoir si cette campagne donne des résultats concrets.

L'étude dans les territoires du Nord est la première du genre au Canada qui cible l'efficacité des étiquettes d'avertissements tout en sensibilisant les consommateurs des informations aux habitudes de consommation d'alcool à faible risque.

Une citation de : John Streicker, ministre responsable de la Société d'alcool du Yukon

Les avertissements seront utilisés au cours des prochains mois en plus d'autres campagnes de sensibilisation. Les résultats seront déterminés en fonction de deux sondages ainsi que des incidences sur les ventes.

Erin Hobin, John Streicker et Brendan HanleyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chercheuse Erin Hobin de Santé publique Ontario explique comment cette campagne d'avertissements sera évaluée pour connaître l'efficacité d'autocollants sur la consommation. Le ministre John Streicker et le médecin-chef Brendan Hanley sont à ses côtés.

Photo : Radio-Canada / Mike Rudyk

Une culture de risques

Le médecin-chef du Yukon, Brendan Hanley, dénonce depuis plusieurs années « la culture de risques » qui sévit, dit-il, au territoire.

Le Yukon affiche le deuxième taux de ventes d'alcool par habitant en importance au pays, et des taux de consommation excessive les plus élevés au pays. En effet, 35 % des hommes au territoire sont considérés comme des buveurs excessifs, comparativement à 28 % pour le Canada. Ce constat est de 28 % pour les femmes, par rapport à 14 % ailleurs au pays.

Une consommation excessive se définit comme boire cinq verres ou plus en une seule occasion plus d'une fois par mois.

C'est vrai que c'est un commerce important et une activité sociale très importante pour nous, comme société, donc comment trouver un équilibre entre les effets positifs sociaux tout en évitant les risques qui sont de plus en plus connus et associés à la consommation d'alcool?

Une citation de : Brendan Hanley, médecin-chef du Yukon

Le Dr Hanley souligne que ces habitudes de consommation excessive mènent le territoire à accuser également des taux importants de violence associée à l'alcool. Elles provoquent aussi de graves accidents de la circulation menant à des blessés ou à des décès.

Des études laissent par ailleurs croire que les jeunes ont également des habitudes de consommation excessive plus élevées qu'ailleurs au pays.

« Nous avons l'obligation d'essayer d'informer notre population, déclare le Dr Hanley. Il y a beaucoup de gens qui ne connaissent pas cette association entre l'alcool et le cancer, alors que la liste continue de s'allonger. Vingt types de cancer sont maintenant reliés à l'alcool. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !