•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Des recycleurs vendent vos cellulaires sur Internet sans avoir effacé les données

    Les explications de Bahador Zabihiyan
    Radio-Canada

    Des entreprises promettant d'effacer les données de vos téléphones cellulaires avant de les recycler échouent à leur tâche : un entrepreneur montréalais a acheté des cellulaires contenant des courriels, des messages textes ou des comptes Facebook accessibles sans aucun mot de passe.

    Un texte de Bahador Zabihiyan

    Philip Bénard a lancé la compagnie de recyclage de téléphone Electrobac en 2011. Ses bacs de recyclage bleus et verts sont disposés un peu partout au Québec. Il récupère ou rachète de vieux cellulaires, efface les données et revend ceux qui ne sont pas brisés.

    Comme lui, d’autres recycleurs font la même chose. Mais M. Bénard estime que d’importants récupérateurs de cellulaires n’effacent pas correctement les données confidentielles des vieux téléphones.

    Il a acheté en ligne 22 cellulaires auprès de deux recycleurs bien établis, l’un au Québec, l’autre dans l’Ouest canadien. Quatre des téléphones contenaient des données personnelles accessibles sans code d’accès : courriels, messages textes et même comptes sur les réseaux sociaux.

    « Sur cet appareil-là, qui appartient à un ingénieur sénior, j’ai des conversations avec le président de cette entreprise sur des mandats avec des clients. Donc, de l’information excessivement confidentielle », dit M. Bénard, alors que le téléphone vibre, car il continue de recevoir des messages.

    Ironiquement, ce cellulaire appartient à un ingénieur en chef d’une multinationale qui offre des produits pour la sécurité informatique.

    Un autre téléphone, celui d’un vice-président d’une entreprise de marketing canadienne, continue même de recevoir les mises à jour quotidiennes de son agenda, précise M. Bénard.

    On a des photos de famille, d’enfants, on a des photos de personnes qui sont à l’hôpital...

    Philip Bénard, président d'Electrobac

    Les photos, mais aussi des messages textes, les contacts et les comptes Facebook et LinkedIn de plusieurs appareils sont accessibles sans aucun mot de passe, dit M. Bénard.

    Pourtant, les recycleurs auraient dû effacer toutes les données de l'appareil avant de le mettre en vente libre sur Internet. Les deux entreprises desquelles Philip Bénard a acheté ces téléphones promettent sur leur site de récupérer et de nettoyer toutes les données des cellulaires avant de les vendre.

    Sur 22 téléphones recyclés, achetés en ligne auprès de deux recycleurs importants :

    • Un téléphone était sur la liste noire des cellulaires volés;
    • Toutes les données de trois téléphones étaient accessibles (Facebook, courriels, photos);
    • Trois téléphones avaient un code d’accès, mais il était possible d’avoir accès à des courriels et à des messages textes;
    • Un téléphone avait encore sa carte SIM permettant d’avoir accès à la liste des contacts;
    • En tout, les données de neuf téléphones n’avaient pas été effacées.

    Effacer les données d’un téléphone, une tâche ardue

    Pour effacer complètement les données d’un téléphone, Electrobac utilise un logiciel américain qui ajoute une protection supplémentaire. « En fait, nous, on utilise des logiciels qui sont approuvés par la Défense nationale des États-Unis et par l’OTAN […] Même si on prend un logiciel espion, on n'est pas capables d’aller chercher les données qui étaient sur l’appareil de l’utilisateur précédent », dit-il.

    Il faut aussi montrer patte blanche pour entrer dans l’atelier d'Electrobac, où les employés s’activent à nettoyer les cellulaires. L’endroit est sous surveillance vidéo, et seul le personnel autorisé y a accès.

    M. Bénard estime que tous les recycleurs ne prennent pas ces précautions et qu’il faudrait plus de règles pour encadrer cette industrie, à l’heure où les cellulaires prennent une place centrale dans nos vies.

    « On parle d’un marché qui est quand même naissant. Il commence à y avoir des réglementations, il commence à y avoir des certifications. Mais comme c’est nouveau, ce sont peut-être des certifications qui ont moins de notoriété », dit-il.

    À l'heure actuelle, n'importe qui peut devenir recycleur de téléphone cellulaire – aucune certification n'est requise.

    Où recycler son appareil?

    La directrice de l’Association pour le recyclage des produits électroniques, Dominique Levesque, déplore cette situation.

    « Les entreprises vont s’[improviser] recycleurs. Mais ces entreprises-là ont souvent peu de scrupules. Ce qu’[elles] vont faire avec les appareils, c’est extraire les métaux précieux et ensuite acheminer le reste [...] vers l’enfouissement ou exporter », dit Mme Levesque.

    Elle conseille aux compagnies et aux particuliers qui veulent recycler leurs appareils de vérifier que le récupérateur est approuvé par le Bureau de la qualification des recycleurs. Electrobac fait partie de ces compagnies.

    Avec la collaboration de Thomas Gerbet

    Télécommunications

    Société