•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colère et insultes à la suite de l'approbation du refuge de l'Armée du Salut à Ottawa

Maquette du projet de l'Armée du Salut

L'Armée du Salut souhaite établir ses nouveaux locaux chemin Montréal.

Photo : Armée du Salut

Radio-Canada

L'approbation par le conseil municipal d'Ottawa du projet de refuge pour sans-abri de l'Armée du Salut dans le quartier Vanier ne s'est pas faite sans heurts mercredi. Des citoyens, qui voient dans ce projet une atteinte à la communauté francophone du quartier, ont invectivé les conseillers francophones qui ont approuvé le projet.

« Vendu! »

Ce cri a ponctué le vote de plusieurs conseillers francophones qui ont approuvé le projet de l'Armée du Salut.

Le conseil a adopté, à 16 contre 7, le changement de zonage du chemin de Montréal, à Vanier, pour permettre la construction d'un refuge de 350 lits par l'Armée du Salut.

La déception et l'amertume se lisaient sur les visages de certains citoyens à l'issue de ce vote. Michel Chartrand s'en est particulièrement pris aux conseillers Steven Blais et Jean Cloutier, qui ont voté pour le projet.

« Même les francophones du conseil municipal qui sont venus nous prêter mainforte là-dedans, moi je trouve cela épouvantable », a décrié M. Chartrand. « Steven Blais et Jean Cloutier sont là pour rentrer le dernier clou dans la communauté francophone de Vanier. On a besoin de leur aide et ils ne sont pas venus ».

L'homme est visiblement ébranlé dans le hall de l'hôtel de ville d'Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Chartrand s'insurge contre l'approbation du refuge de l'Armée du Salut à Vanier

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

« C'est difficile, parce qu'on s'investit émotionnellement dans tout cela. C'est ma famille, c'est le quartier de mes enfants, c'est aussi les gens que j'ai rencontrés dans cette bataille-là que je ne connaissais pas avant, donc c'est dur », a souligné Philippe Denault, du groupe SOS Vanier.

La conseillère Diane Deans, qui reconnait le besoin de meilleurs services pour les sans-abri, a indiqué que la Ville faisait fausse route en adoptant un projet qui « divisait une communauté ».

Le maire et l'organisme sont heureux

Dans ses commentaires de conclusions, le maire Jim Watson a souligné que les personnes vulnérables desservies par l'Armée du Salut avaient besoin de la gamme de services qui serait offerte dans le nouveau refuge. Il a rappelé que cette prise de position était entre autres partagée par le médecin-chef de l'Hôpital d'Ottawa, Jeffrey Turnbull.

Le directeur général de l'Armée du Salut, Marc Provost, responsable du projet, est heureux du dénouement, mais il sait que la partie est loin d'être gagnée auprès des citoyens. Il garde toutefois espoir.

« Je ne me fais pas d'illusion, ça ne va pas se produire du jour au lendemain. Je pense que les premières conversations vont peut-être être un peu difficiles, mais il faut forger de l'avant », a dit M. Provost.

Je sais que les gens ont une bonne nature. L'idée, c'est qu'on se parle et qu'on se comprenne et puis aller de l'avant.

Marc Provost, directeur, Armée du Salut

Les francophones ne s'avouent pas vaincus

Des résidents du quartier Rideau-Vanier, avec en tête l'association communautaire SOS Vanier, songent maintenant à entreprendre des démarches juridiques contre la Ville d'Ottawa pour empêcher le projet.

Avant le vote, le conseiller Mathieu Fleury, farouchement opposé à l'aménagement de ce nouveau refuge, a lancé que « peu importe le vote, Vanier a gagné ». « Souvenez-vous de Montfort! », a-t-il ajouté.

L'homme est interviewé à l'extérieur de la salle du conseil municipal d'Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Philippe Denault de SOS Vanier affirme que les francophones vont continuer la lutte contre le refuge de l'Armée du Salut

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Philippe Denault promet de continuer à se battre « pour qu'il y ait une meilleure solution pour l'itinérance, pour les personnes vulnérables dans le quartier, qu'il y ait une meilleure considération de prise pour le développement du chemin Montréal, et pour le fait francophone, la minorité francophone urbaine d'Ottawa ».

Vanier, c'est une enclave [francophone]. Après avoir perdu les plaines LeBreton, après avoir perdu la Basse-Ville, on ne veut pas perdre Vanier. On va se battre aussi sur ce front-là.

Philippe Denault, porte-parole de SOS Vanier

Un vote du conseil peu surprenant

Malgré une vive opposition de la communauté, le comité de l'urbanisme avait pavé la voie au projet la semaine dernière en approuvant une exception à la règle interdisant les refuges sur les artères principales.

L'Armée du Salut avait annoncé en juin son projet de déménager son refuge de la rue George, dans le marché By, dans un nouvel édifice à usage multiple au 333, chemin Montréal.

Le complexe de 50 millions de dollars doit voir le jour sur le site actuel de la friperie de l'Armée du Salut et du motel adjacent. L'organisme a conclu une entente pour acheter la propriété.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale