•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oncologie : des résidents de Saint-Quentin frustrés de la solution de Vitalité

Une femme couchée sur un lit d'hôpital.

Une patiente souffrant du cancer se repose après un traitement de chimiothérapie

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des résidents de la région de Saint-Quentin se sont réunis mercredi soir pour discuter de la situation des services d'oncologie à l'hôpital de la municipalité.

Un texte de Kassandra Nadeau-Lamarche

Une centaine de personnes étaient présentes à la rencontre. Plusieurs d’entre eux ont voulu exprimer leur opinion quant à la solution du Réseau de santé Vitalité pour assurer la sauvegarde du département d’oncologie.

Tous se disaient frustrés d’avoir à se battre à nouveau pour garder des services.

« On ne devrait pas être tout le temps obligés d’être à notre corps défendant, je ne suis pas contre Edmundston. Je comprends qu’on ne peut pas avoir tout ce qu’un gros hôpital régional a. On veut juste garder quelque chose qui existe », affirme le citoyen Roger Guimont.

Roger Guimont au micro à l'auditorium entouré d'une foule assise. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roger Guimont prend la parole durant la rencontre.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Plusieurs personnes ont également mentionné la possibilité de mener des actions plus concrètes, rappelant même l’épisode de 2004, alors que des citoyens avaient bloqué la route 17 pour protester contre la fermeture complète de l’hôpital.

« La 17 quand elle bouche, ça fait mal à ben du monde. On n’aimerait pas en venir là mais s'il faut, on ne fera pas un pique-nique tu peux être sûr », affirme le président du DSL de Saint-Quentin, Alain Martel.

La mairesse de Saint-Quentin Nicole Somers a réitéré sa déception quant à la décision de Vitalité. Elle n’en peut plus de la perte des services dont a souffert l’hôpital de Saint-Quentin au cours les dernières années.

Nicole Somers a l'intention de demander un moratoire sur les coupes dans les soins de santé.

Elle demande à la population de s’impliquer dans la bataille pour le retour des services en créant un comité qui va défendre cette option au cours de la prochaine année.

« C’est assez pour les coupures. Le mandat réel est de refuser l’offre de Vitalité et de demander une rencontre avec le ministre de la Santé et le premier ministre s'il faut », explique Nicole Somers.

C’est le message qu’elle retient de la rencontre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !