•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chantier de coupes forestières à l'oeuvre près du lac Opasatica

15 000 mètres cubes de bois seront extraits de 1.49 kilomètre carré de forêts coupées à l'ouest et au nord du lac Opasatica en Abitibi-Témiscamingue.

15 000 mètres cubes de bois seront extraits de 1.49 kilomètre carré de forêts coupées à l'ouest et au nord du lac Opasatica en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Rivest

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La compagnie Horizon Services Forestiers a entamé des coupes forestières à l'ouest du lac Opasatica, sur leterritoire de Rouyn-Noranda, la semaine dernière.

Avec les informations de Guillaume Rivest

À terme, 15 000 mètres cubes de bois seront extraits de 1,49 kilomètre carré de forêt coupée. Le chantier a été entamé vers la fin de l'automne pour concilier l'activité forestière et les résidents qui résident près du plan d'eau.

Le contremaître de coupe et ingénieur forestier Michel Désy explique que les pratiques de l'industrie forestière se sont beaucoup améliorées au cours des dernières décennies.

Selon lui, de nombreuses normes ont été mises en place, le volume de coupe autorisé a diminué et la diminution du nombre de scieries fait en sorte que les pratiques de l'industrie sont plus saines.

« Tout est vérifié, tout est validé sur les cartes et ensuite sur le terrain. Je vais aller vérifier les distances de mes chemins par rapport aux cours d'eau pour être certain que je ne suis pas trop proche », explique l'ingénieur.

Il ajoute que la régénération de la forêt se fait beaucoup plus rapidement qu'on le pense. La nature reprend vite sa place, même après l'intervention de l'homme.

« Selon moi, l'industrie forestière est très durable si tout est bien fait. Après 10 ans, ça commence à repousser. Même si ça parait que ç'a été coupé, mais tu n'es plus dans un chantier »

— Une citation de  Michel Désy, contremaître de coupe et ingénieur forestier

Des pratiques qui s'améliorent

Le professeur à l'institut de recherche sur les forêts de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) Osvaldo Valeria pense également que l'industrie forestière a énormément changé ses façons de faire.

Selon lui, les entreprises forestières sont désormais dans l'obligation de tenir compte de nombreux facteurs avant d'effectuer une coupe.

« Plusieurs compagnies sont certifiées, donc on ajoute aux processus plutôt légaux, la consultation publique et l'aspect en lien avec l'aménagement écosystémique. [L'industrie] doit faire la preuve qu'ils ont une manière de faire qui va [ne va pas] changer la dynamique du paysage », précise Osvaldo Valeria.

Bucheron et amoureux de la nature

Martin Goulet est opérateur d'abatteuse multifonctionnel depuis 8 ans.

Malgré les apparences, il explique que c'est le contact avec la nature qu'il apprécie le plus de son métier.

« La paix, tranquille dans le bois. Dans la nature, tu vois toujours quelque chose de différent, des animaux et toutes sortes de choses » a expliqué le travailleur.

Les coupes forestières forestières à l'ouest du lac Opasatica devraient être complétées au plus tard le 31 mars 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !