•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin des services de jour pour les 55 ans et plus au Centre Miriam de Montréal

Le Centre Miriam
Des centaines d'adultes bénéficient du programme d'intégration communautaire (PIC) au Centre Miriam, à Montréal. Photo: CBC
Radio-Canada

Une centaine d'aînés autistes et déficients intellectuels seront exclus d'un programme d'intégration communautaire (PIC) du Centre Miriam au cours des prochaines semaines.

Dans une lettre envoyée à ses patients, l’établissement écrit que « les usagers de 55 ans et plus seront mis à la retraite du programme » dès décembre.

Les changements prévoient que les patients de 50 à 54 ans ne pourront participer qu'au programme de jour à temps partiel. Les heures de visite seront aussi réduites pour ceux qui souffrent de fatigue grave.

Le Centre Miriam, qui relève maintenant du CIUSSS Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal, dit vouloir se concentrer sur les jeunes adultes qui ont un potentiel d'apprentissage.

Autisme Montréal, qui milite pour les familles d'enfants et d'adultes autistes, estime toutefois que cette décision touchera « les plus vulnérables ».

« C'est une forme d'abandon, nous parlons d'individus qui ne peuvent pas obtenir de services dans la communauté autrement », dénonce la responsable des interventions familiales chez Autisme Montréal, Electra Dalamagas.

La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, dit avoir été informée que les gestionnaires du Centre Miriam voulaient revoir l’organisation des services. Elle assure toutefois que ces changements ne seront pas faits de façon abrupte.

« Ce n’est pas une question de couper les services, c’est de donner les bons services à l’ensemble de la population », fait-elle valoir.

La direction du CIUSS Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal affirme pour sa part qu’une réorganisation était nécessaire pour réduire sa liste d'attente.

Sa porte-parole, Emmanuelle Paciullo, ajoute que les familles touchées par ces changements seront rencontrées et que d’autres organismes prendront le relais si nécessaire.

« Soyez assurés que pendant cette période de changement, le Centre Miriam assurera une transition en douceur », souligne-t-elle.

Avec les informations d'Anne-Louise Despatie

Avec les informations de CBC

Grand Montréal

Santé publique