•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta obligera les employeurs à lutter contre l’intimidation

Le dôme de l'Assemblée provinciale albertaine à Edmonton

En Alberta, 70% des entreprises ont déjà une politique de lutte contre le harcèlement au travail.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Radio-Canada

Le gouvernement albertain veut placer les employeurs devant leurs responsabilités en leur imposant de lutter contre le harcèlement au sein de leur entreprise.

Un texte de Laurent Pirot

Le projet de loi 30 destiné à « protéger la santé et le bien-être des Albertains au travail » devrait être soumis aux députés en première lecture la semaine prochaine.

Le ministère du Travail veut que la loi contienne une définition moderne du harcèlement en milieu de travail et définisse les responsabilités des employeurs et des employés.

L’esprit sera similaire à celui d’un projet de loi déposé l’an dernier par le député néo-démocrate Craig Coolahan, dit un responsable du Ministère.

Le projet de loi privé 208 prévoyait l’obligation pour les entreprises de se doter d’une politique contre le harcèlement et voulait permettre aux employés de déposer une plainte auprès de la commission de santé et sécurité au travail.

L’examen du projet de loi avait été interrompu par la fin de la session.

Message aux harceleurs

« Actuellement, 70 % des entreprises ont des politiques contre le harcèlement, mais il n’y a rien de contraignant dans la loi », explique le député Coolahan. Il estime qu’inscrire l’intimidation et le harcèlement au travail dans la loi enverra un message fort aux employeurs et aux auteurs d'actes d’intimidation.

Craig Coolahan souhaite aussi un mécanisme qui permette à un employé de déposer une plainte si sa situation n’a pas pu être résolue par son employeur.

Changements pour les employés accidentés

Le projet de loi 30 doit aussi modifier le fonctionnement de la Commission des accidentés du travail.

Cet été, un rapport avait recommandé de s’assurer que la commission est plus ouverte et plus facilement accessible pour les travailleurs blessés.

Le gouvernement a fait savoir qu’il souhaitait reprendre la plupart des recommandations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale